La Cour suprême contre une exécution en Arkansas

19 Avril, 2017, 20:43 | Auteur: Djeferson Maurice
  • La Cour suprême des Etats-Unis à Washington le 31 janvier 2017  AFP  Archives

La Cour suprême américaine a suspendu lundi 17 avril l'application de la peine de mort à un détenu de l'Arkansas, empêchant l'État de lancer une série inédite d'exécutions.

L'Arkansas avait demandé le feu vert de la Cour suprême pour cette exécution, la première depuis plus d'une décennie.

L'État tentait de procéder à l'exécution du meurtrier Don Davis avant une date butoir, lundi à minuit.

La décision de la Cour suprême des Etats-Unis est intervenue quelques minutes avant que l'ordre de l'exécuter n'expire à 12h00 locales (07h00 mardi en Suisse), à l'issue d'une journée riche en rebondissements judiciaires. Le calendrier d'exécutions prévu par le gouverneur de l'État Asa Hutchinson a provoqué un vif émoi aux États-Unis et à l'étranger. 'Bien que la journée ait été épuisante pour toutes les personnes concernées, nous continuerons demain de nous battre contre les appels de dernière minute et les efforts pour s'opposer à la justice pour les familles des victimes', a communiqué le gouverneur.

More news: DIRECT VIDÉO - Suivez le meeting de Mélenchon et de ses 6 hologrammes
More news: Mélenchon, "c'est Tsipras depuis hier" — Le Pen
More news: Syrie: Assad affirme que l'attaque chimique est "une fabrication à 100%"

L'État de l'Arkansas avait organisé les exécutions afin qu'elles soient réalisées avant l'expiration de son approvisionnement en midazolam - l'anxiolytique utilisé parmi le cocktail de trois médicaments de mise à mort - à la fin du mois.

Plusieurs compagnies pharmaceutiques, en particulier en Europe, l'interdisent pour des exécutions.

Cinq exécutions restent prévues à partir du jeudi 20 avril. L'Union européenne a exhorté le gouverneur de l'Etat à 'commuer' les sentences. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: