Le Pen et Macron perdent du terrain — Sondage

19 Avril, 2017, 23:37 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • François Fillon le 14 avril à Montpellier

Pour la première fois depuis le début de la Vème République, quatre candidats que tout oppose se partagent la tête des intentions de vote. François Fillon, qui cumule 19,5% (+2 points) des intentions de vote, et Jean-Luc Mélenchon (19%, +4 points) ne cessent quant à eux de progresser. La candidate du Front national réaliserait son meilleur résultat face à François Fillon en obtenant 45% des intentions de votes.

Après quatre journées consécutives sans cotations à la Bourse de Paris pour cause de festivités pascales, la dernière semaine avant les élections présidentielles a débuté mardi sous le signe de la plus grande prudence, le CAC40 clôturant sous la barre psychologique des 5.000 points en baisse de 1,59%, sa plus forte baisse depuis le début de l'année. Les officiers ne seraient que 17% à voter Marine Le Pen, leurs suffrages se portant à 42% sur François Fillon.

Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, dont la situation paraît désespérée dans les sondages, il a tenu un dernier grand meeting place de la République à Paris mais ses camarades semblent déjà se préparer à l'après-présidentielle. Nathalie Arthaud est créditée de 0,5 % des intentions de vote (-0,5), comme François Asselineau (-0,5) et Jean Lassalle. Cette remontée inespérée se traduit par un chiffre: 18,5%. Les jeux n'ont jamais été aussi brouillés. D'autant que tous les candidats ont réussi le pari de fidéliser leurs électeurs avec en moyenne 65% des Français sûrs de leur choix. Même si aucun sondage ne suggère pour le moment un second tour entre Le Pen et Mélenchon, si ce dernier continue de monter, cela ne pourra pas être ignoré, ce qui pourrait fortement déstabiliser les marchés. "Ils ont deux définitions [très différente] de ce qu'est 'être Français': l'ouverture pour Emmanuel Macron, le repli pour Marine Le Pen", explique-t-il. "Tous deux veulent faire en sorte que la France soit un moteur de l'Union européenne, surtout après le Brexit", analyse le secrétaire général du CEVIPOF. "Notre immeuble a entièrement été détruit par une explosion", a dit la présidente du Front national dans un entretien paru mercredi dans La Provence. Comme certains pouvaient l'espérer car Emmanuel Macron ne possédait, il y a quelques semaines, pas encore un électorat très certain.

La banque britannique estime qu'"une performance meilleure que prévu pour Marine Le Pen et/ou Jean-Luc Mélenchon pourrait ébranler sérieusement les marchés étant donné que les deux sont en faveur d'un référendum sur l'appartenance française à l'euro ".

Recommande: