Le Pen: "le risque zéro n'existe pas" en matière terroriste

19 Avril, 2017, 23:34 | Auteur: Sebastien Chopin
  • LE PEN DIT AVOIR

La candidate du Front National était, comme tous les invités de l'émission animée par Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau, filmée devant un fond de bureau élyséen.

Invitée de l'émission "Demain président" mardi soir, la candidate du Front national a conditionné sa venue au fait que le drapeau de l'Union européenne soit supprimé du décor. "Pour accepter de participer à cette émission, Marine Le Pen, vous nous avez demandé de retirer le drapeau européen qui devait figurer derrière vous", a-t-il déclaré en préambule à son invitée. De son côté, la présentatrice Anne-Claire Coudray quant à elle, acquiesçait de la tête pour renforcer les dires de son collègue. Réplique de cette dernière: "Je veux être présidente de la République française, pas de la Commission européenne, je considère que l'UE a fait beaucoup de mal à notre pays et à notre peuple, en matière économique, sociale, de disparitions des frontières". Forte d'avoir obtenu gain de cause auprès de la Une, elle a ensuite souligné: "Ce sera ma première mesure: rendre leurs frontières nationales aux Français".

Le discours de Marine Le Pen a par ailleurs été interrompu par deux fois pendant quelques secondes, d'abord par une jeune femme qui est montée sur scène avant d'être aussitôt plaquée au sol et évacuée par le service d'ordre du parti, puis par une autre femme, seins nus, qui s'est levée au milieu du public avant d'être, elle aussi, expulsée de la salle. Au début du mois, elle a en effet accordé un entretien à Causeur dans laquelle elle expliquait vouloir "interdire le drapeau européen sur les bâtiments officiels". Le drapeau bleu à étoiles jaunes été retiré du fronton de plusieurs mairies frontistes.

Recommande: