Ligue 1 : Bastia "condamne fermement" les incidents survenus contre l'OL

19 Avril, 2017, 19:06 | Auteur: Gerard Affre
  • Aulas:

Avant le début de la rencontre, alors que les Lyonnais terminaient leur échauffement, une cinquantaine de supporters bastiais avaient pénétré sur la pelouse pour s'en prendre violemment à une partie de l'équipe rhodanienne et de son staff. Après quelques minutes de bousculades, de coups et d'insultes, les membres de l'Olympique Lyonnais sont retournés aux vestiaires et les supporters ont, eux, regagné leur tribune. "On a réussi les convaincre", a poursuivi le président de l'Olympique lyonnais. Et l'enquête va durer entre deux et trois semaines.

" Le dimanche de la honte ", " carton rouge pour les supporteurs corses ": la presse de lundi est scandalisée après les échauffourées entre supporters bastiais et joueurs lyonnais, dimanche à Bastia.

Une enquête en flagrance pour "violences" a été ouverte sur ces faits, a par ailleurs annoncé le procureur de la République Nicolas Bessone, arrivé sur place durant la rencontre.

Suite aux incidents de dimanche dernier lors du match Bastia - Lyon, Nathalie Boy de la Tour, la présidence de la LFP, parlent de faits " graves et inqualifiables ".

La commission de discipline de la Ligue professionnelle de football (LFP) va en effet placer le dossier en instruction le 20 avril pour décider quelles sanctions prendre à son encontre.

Alors que l'arbitre avait sifflé la mi-temps du match Bastia-Lyon, un incident a éclaté entre un supporter corse et le gardien lyonnais Anthony Lopes. "Nous déplorons que le SC Bastia donne une image horrible de notre football, cela nuit à l'image du football professionnel, qui ne mérite pas cela". Le secrétaire d'État aux Sports Thierry Braillard, scandalisé, a dénoncé "des faits inacceptables" et a dores et déjà annoncé qu'il y allait avoir des sanctions prises contre le club organisateur et les fauteurs de troubles. " Faut arrêter, faut arrêter hein, ils ont frappé les joueurs ", déclare dans la foulée l'entraîneur lyonnais Bruno Genesio à son président Jean-Michel Aulas, dans les couloirs du stade. " On va pas à la guerre ", bougonne encore Genesio en retournant dans le vestiaire lyonnais.

C'était sans doute la moindre des choses. Parce que ça va se régler comme d'habitude: comme des hommes, comme des Corses. Les Stéphanois, qui n'ont plus gagné au Vélodrome depuis 1979, rentrent une nouvelle fois bredouilles de Provence et restent surtout 7e à six longueurs de l'OM, avec un match en moins. La dernière option semble la plus probable. Il a fallu une réalisation du milieu de terrain Younousse Sankharé (65e) pour offrir à Bordeaux un deuxième succès consécutif, et une longueur d'avance sur l'OM.

Recommande: