Une tentative d'attentat déjouée — Marseille

19 Avril, 2017, 23:32 | Auteur: Phil Beauvilliers

Un arsenal composé d'explosifs et d'armes a été découvert dans l'appartement loué par les deux hommes à Marseille.

Quel était leur cible et où entendaient-ils frapper? Le candidat de la Droite est protégé depuis par six officiers de sécurité, affectés de manière permanente. L'écart s'est resserré ces derniers jours entre les quatre candidats.

Le 4 avril, Mahiedine Merabet a envoyé un pli au commissariat de Roubaix accompagné d'un mot: "Je vous donne ma carte d'identité et ma carte (bancaire, ndlr) car à cause de vous je n'en ai plus l'utilité". Je vais bientôt me rendre, on discutera. "A vous les forces de l'ordre, que me voulez-vous, laissez-moi respirer, je n'ai rien à vous dire, je vis d'amour et d'eau fraîche, je médite, laissez-moi tranquille'". Mahiedine Merabet et Clément Baur auraient partagé la même cellule lors de leur incarcération dans la prison de Sequedin, dans le Nord, en 2015.

Le document a été intercepté le 12 avril par la Direction générale de la sécurité intérieur (DGSI). Filmée sur une table sur laquelle est posée un fusil mitrailleur de type UZI, elle montre un drapeau de l'EI et "des dizaines de munition disposées afin d'écrire +la loi du talion+, la une d'un quotidien" puis "apparaît un montage d'enfants victimes de bombardements, des photographies jihadistes et des versets coraniques appelant à la vengeance", a décrit le procureur.

Ils ont été arrêtés par les services de renseignements intérieur dans le cadre d'une enquête pour association de malfaiteurs terroriste ouverte à Paris. Ils étaient incarcérés pour des faits de droit commun.

A cinq jours du premier tour de la présidentielle, deux jeunes hommes "radicalisés", soupçonnés de vouloir perpétrer un attentat "dans les tout prochains jours", ont été arrêtés mardi à Marseille, en possession d'armes à feu et d'explosifs.

Plus de 50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote, a rappelé Matthias Fekl.

Cependant, des éléments matériels confirmeraient d'ores et déjà ce projet d'attentat.

"19 interpellations antiterroristes" ont eu lieu en mars en France, avait-il auparavant précisé dans une interview au Journal du Dimanche. Fillon et Macron n'ont pas voulu jouer la carte de la récupération qui peut se révéler contre productive.

Sur le plan politique, la candidate de l'extrême droite a immédiatement tenté de saisir les dividendes politiques de cette action avortée.

Recommande: