Attentat déjoué: l'entourage de Fillon prévenu de "risques avérés" sur le candidat

20 Avril, 2017, 20:19 | Auteur: Phil Beauvilliers

Tous 2 avaient l'intention de passer à l'acte dans "les tout prochains jours " assure Matthias Fekl, ministre de l'intérieur.

Les deux hommes ont été arrêtés en sortant de leur logement mardi matin par la DGSI, assistée du Raid, l'unité d'élite de la gendarmerie dans le cadre d'une enquête en flagrance ouverte à Paris le 12 avril, notamment pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste.

Connus pour leur radicalisation et fichés "S" respectivement depuis 2016 et 2015, ils ont été arrêtés séparément à 10h00 et 10h35 par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé François Molins. Des armes, ainsi que des explosifs de type TATP, ont été découverts lors d'une perquisition dans l'appartement qu'ils louaient dans la cité phocéenne.

Les accusations d'emplois fictifs à l'encontre de François Fillon mais aussi de Marine Le Pen, l'irruption du jeune "progressiste ni de droite, ni de gauche" Emmanuel Macron et le charisme du tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon ont créé le trouble chez les électeurs dont près de 30% se disent encore incapables de choisir. Plus de 50 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour assurer la sécurité de l'élection, notamment dans les 67 000 lieux de vote, a rappelé M. Fekl.

Le 7 décembre, une perquisition administrative vise le domicile de Merabet à Roubaix mais l'homme est absent lors du passage des policiers qui voulaient également lui notifier une assignation à résidence, a indiqué une des sources proches de l'enquête. Deux hommes de 23 et 29 ans, soupçonnés de préparer un attentat "imminent" ont été arrêtés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle. On apercevrait également dans ces images la Une d'un journal sur laquelle figure François Fillon.

En réalité, les enquêteurs étaient sur la piste de Clément Baur, 23 ans et de Mahiedine Merabet, 29 ans, depuis plusieurs semaines.

More news: Hollande s'inquiète du "péril" Mélenchon et salue le "renouvellement" de Macron
More news: Fillon et Mélenchon se rapprochent de Macron et Le Pen — Sondage
More news: Attentat déjoué. Ce que l'on sait

De nationalité française, Mahiedine Merabet, né le 10 juillet 1987 à Croix (Nord), et Clément Baur, né à Ermont (Val d'Oise) et converti à l'islam, s'étaient connus en 2015 en prison, où ils étaient détenus pour des faits de droit commun.

Ces interpellations interviennent à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, sur fond de menace terroriste très élevée en France.

D'après plusieurs sources concordantes, il s'agirait de François Fillon, dont la sécurité a aussitôt été renforcée.

En effet, les deux suspects ont été interpellés à la sortie d'un appartement situé rue de Crimée, dans le 3e arrondissement de la cité Phocéenne. "La seule référence visait une manifestation du Front national, semblant désigner ainsi le parti de Marine Le Pen comme une cible de choix pour les djihadistes", note Georges Malbrunot, le reporter du Figaro spécialiste du Moyen-Orient, . Selon son entourage, ce délinquant roubaisien multirécidiviste se serait radicalisé au contact de son cadet.

L'enquête préliminaire de la section antiterroriste ne sera cependant ouverte que début avril, après que des réquisitions auprès d'une société de covoiturage ont permis de mettre en évidence que les deux individus circulent sous de fausses identités.

Recommande: