Engie prévoit la suppression de 504 postes, dont 116 en Belgique

20 Avril, 2017, 01:23 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Engie restructure ses fonctions support: plus de 600 salariés impactés (sources syndicales)

Le groupe Engie a annoncé mercredi son intention de redéfinir les missions et la taille de son siège, peut-on lire dans un communiqué.

Engie a annoncé mercredi la suppression de plusieurs centaines de postes dans le cadre de la réorganisation de ses fonctions support, avec au total 618 salariés impactés en France, Belgique et Royaume-Uni, a-t-on appris de sources syndicales.

Parallèlement, 114 créations de postes sont prévues, essentiellement en France (104), selon des sources syndicales. Il ne conduira à aucun licenciement et reposera uniquement sur le principe du volontariat.

Une grande partie du personnel des fonctions support de ces grandes branches (ressources humaines, juridique, communication, etc), soit 1230 salariés, avait alors été reclassée au sein du siège central du groupe, basé sur trois sites: à la Défense, à Bruxelles et à Londres.

More news: Pour François Fillon, son "probable concurrent au second tour" est Emmanuel Macron
More news: Macron en tête, Mélenchon troisième — Sondage
More news: Reus est persuadé de se qualifier contre Monaco — Dortmund

Des négociations sont déjà en cours sur les mesures d'accompagnement, ont précisé les sources syndicales. Ce projet de réorganisation prévoit la suppression nette de 504 postes, dont 116 en Belgique, 312 en France et 76 au Royaume-Uni. "Nous visons une nouvelle organisation du siège début 2019, ce qui laisse le temps de mettre en place des mobilités internes, des droits à la retraite ou des plans de départ volontaires".

Ce PDV est une première dans une entreprise historique des industries électriques et gazières (IEG), ont observé la CFDT et la CGT. Une réduction d'effectif "énorme", selon la CFE-CGC.

Pour les salariés qui restent, la CFE-CGC sera aussi très attentive "aux efforts de formation et d'adaptation" mis en oeuvre, a-t-il ajouté.

Il était "utile de remettre à plat" l'organisation du siège mais il aurait fallu "ajuster les choses plus tôt" et plus progressivement, a commenté Jacques Mouton, coordinateur CFDT, en souhaitant "pouvoir maintenant faire les choses correctement" pour les salariés concernés.

Recommande: