Harcèlement sexuel: Fox News se sépare de son présentateur vedette

20 Avril, 2017, 01:09 | Auteur: Gerard Affre
  • La chaîne américaine Fox News a annoncé mercredi le départ de son présentateur vedette Bill O’Reilly l’un des plus populaires des États-Unis

La famille Murdoch n'a pourtant pas sacrifié immédiatement son poulain.

La chaîne américaine Fox News a annoncé mercredi le départ de son présentateur vedette Bill O'Reilly, l'un des plus populaires des Etats-Unis, suite à des accusations de harcèlement sexuel.

La société mère de la chaîne, Century Fox, avait mis fin à l'émission quotidienne The O'Reilly Factor dans la foulée du scandale. Il a brièvement rencontré le pape mercredi, selon l'Osservatore Romano. Le milliardaire républicain a plusieurs fois été interviewé par Bill O'Reilly, qui passe pour un de ses amis.

D'après le New York Times du 1er avril, Fox et Bill O'Reilly ont réglé cinq affaires de harcèlement depuis 2002, déboursant 13 millions de dollars en échange du silence de cinq accusatrices.

Journaliste aguerri ayant auparavant travaillé pour CBS et NBC, le présentateur vedette avait signé, plus tôt cette année, un nouveau contrat pluriannuel avec la chaîne, d'une valeur de plus de 20 millions de dollars par an.

"C'est un homme bien", avait-il déclaré après l'article du New York Times. Fox s'est d'abord contentée de son départ en vacances, en Italie, indiquant qu'il reprendrait son émission le 24 avril. Le fait que Fox News ait décidé d'annoncer son départ dès mercredi pourrait indiquer que les négociations sont quasi-finalisées, en attendant un conseil d'administration annoncé pour jeudi. Bill O'Reilly n'a jamais démenti l'existence d'allégations de harcèlement sexuel, mais leur a nié tout fondement.

Il avait affirmé que sa notoriété le rendait "vulnérable à des poursuites par des individus qui veulent de l'argent pour éviter toute publicité négative".

Cependant, le bruit courait depuis peu que James Murdoch, fils du magnat australien Rupert Murdoch, aurait convaincu son père de la nécessité de le renvoyer pour éviter de ternir l'image de la chaîne, selon New York magazine.

La télévision, "c'est du business: si la sanction (des annonceurs) devait affecter les bénéfices, il fallait qu'il parte", a-t-il expliqué.

Le journaliste a été accusé à plusieurs reprises de harcèlement sexuel.

Recommande: