Hollande s'inquiète du "péril" Mélenchon et salue le "renouvellement" de Macron

20 Avril, 2017, 18:09 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Fiscal Kombat le jeu dont Mélenchon est le héros

"Quand il voit nos meetings, cette force populaire qui se lève, la dynamique qui est autour de nous, et qu'il compare à toutes les trahisons qu'il subit de la part de ses 'amis' qui passent leur temps à lui planter des poignards dans le dos, je lui dis 'Benoît, ne sois pas un obstacle à cette volonté populaire qui monte'", a déclaré le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière sur LCI.

De la cinquième position, Jean-Luc Mélenchon a ainsi bousculé ses concurrents pour occuper la troisième place devant François Fillon victime de ses ennuis judiciaires et Benoît Hamon affaibli par le départ de socialistes "réformateurs" vers Emmanuel Macron. Analysant les raisons de la montée du chef de la "France insoumise " dans les intentions de vote, M. Fougier observe que celle-ci s'effectue majoritairement au détriment de Benoît Hamon, alors que M. Mélenchon "siphonne " l'électorat du candidat socialiste. Une part significative d'entre eux se reporte vers Emmanuel Macron (13%) et Marine le Pen (17%).

L'inarrêtable ascension de Jean-Luc Mélenchon pourrait en revanche être perturbée par la candidature de Benoît Hamon. Ce qui offre une situation assez cocasse, aux yeux de François Fillon, Emmanuel Macron est l'héritier de François Hollande.

Il vous reste 58 % de l'article à lire.

More news: Romelu Lukaku, c'est 118 millions d'euros — Premier League -Everton
More news: Bastia - OL : le club corse réagit aux incidents
More news: LDC: Monaco élimine Dortmund et se qualifie pour les demi-finales

"Cette campagne sent mauvais", aurait ainsi confié le président en privé, redoutant un second tour Marine Le Pen/Jean-Luc Mélenchon, ajoute Le Monde. Le Président regrette que "l'émotion" ait pris le pas sur "la raison" ces dernières semaines et redoute un second tour entre le candidat de La France insoumise et Marine Le Pen. "Que veut-il nous faire croire?", a fustigé M. Macron devant une salle d'environ 2.000 personnes.

Autre cible de François Hollande, le candidat de La France Insoumise s'est aussi attiré les critiques du président sortant dans un entretien accordé à l'hebdomadaire Le Point. Mais François Hollande n'a définitivement pas renoncé à peser dans le débat politique.

A ce constat, Minute acquiesce: "Jean-Luc mélenchon ne se contente pas de rassurer, il fait rêver par la magie du verbe, un art oratoire consommé et une maîtrise de la mise en scène qui ne sont pas sans rappeler. l'un de ses plus anciens adversaires". Selon Céline Bracq, directrice générale de l'institut Odoxa, il s'agit d'une part "du transfert de militants de Benoît Hamon à Jean-Luc Mélenchon, et d'autre part une partie des Français qui hésitaient à voter et s'abstenaient".

Recommande: