Le Pen, la glissade continue — Sondage présidentielle

20 Avril, 2017, 23:01 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • XAVIER LEOTY  AFP

Il ne reste plus que six jours avant l'instant de vérité. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat, elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage. Jean-Luc Mélenchon obtiendrait, lui, 57% des voix s'il était opposé à la Présidente du Front national.

Désigné par tirage au sort, c'est Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle française, qui a ouvert les hostilités, jeudi soir, sur le plateau de France 2. Si les évolutions sont minimes, il est à noter que les deux "outsiders" marquent un recul dans notre enquête pour la première fois depuis le 28 mars dernier, le moment où ils avaient entamé leur "remontada". Le candidat investi lors de la primaire organisée par le Parti socialiste lâche encore un point et culmine désormais à 8% des intentions de vote.

À six jours du premier tour, trois sondages publiés ce lundi donnent des indications sur les tendances. Toutes les personnes qui voteront pour Jean-Luc Mélenchon ne partageront pas forcément l'intégralité de son programme.

Surtout, les électeurs se disent de plus en plus certains du bulletin qu'ils glisseront dans l'urne.

73% des électeurs se disent à présent sûrs de leur choix. Avec un casting aussi serré, les candidats peuvent cependant toujours tenter de piocher dans le réservoir des 27% d'indécis pour grappiller quelques voix supplémentaires. Lancé sur une vague de succès sans précédent, Jean-Luc Mélenchon continue toujours de grimper les enquêtes d'opinion. A noter que le candidat de la France insoumise a considérablement consolidé sa base électorale puisque son taux de sûreté a explosé de 11 points par rapport à la semaine dernière.

"Je suis sereine, confiante (.) je terminerai en tête du premier tour". 7% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote au premier tour.

Sa réunion pourrait être perturbée par des collectifs qui ont dit prévoir plusieurs "actions" avant le meeting. Le président du MoDem François Bayrou, qui le soutient, a jugé qu'il y avait "plusieurs seconds tours possibles" et évoqué l'hypothèse d'une finale entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, qui serait, à ses yeux, "effrayant [e] pour le pays".

Quant à Marine Le Pen, c'est son meeting au Zénith de Paris hier qui contribue à doubler son nombre de citations (105 000), alors que le meeting de François Fillon à Nice le place juste derrière elle, avec 92 000 citations.

Pour Ifop-Fiducial, dans la seule configuration testée, Emmanuel Macron battrait Marine Le Pen avec 60,0% des suffrages contre 40%.

Recommande: