Les missiles nord-coréens menacent le monde entier

20 Avril, 2017, 19:19 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • (LEAD) La Corée du Nord exhibe un missile semblant être un nouveau ICBM

Washington a martelé hier travailler étroitement avec Pékin pour "résoudre pacifiquement" la question du nucléaire nord-coréen, quelques heures après l'échec d'un tir de missile par Pyongyang.

La Corée du Nord a fait savoir qu'elle n'hésiterait pas à effectuer une frappe nucléaire contre les Etats-Unis en cas de provocation. Il a pris soin plusieurs fois de souligner l'inquiétude, selon lui, des dirigeants chinois eux-mêmes sur le sujet.

Prévue de longue date, la tournée asiatique de Mike Pence avait débuté dimanche en Corée du Sud, au lendemain d'un show militaire à Pyongyang, où ont été exhibés une soixantaine de missiles et notamment ce qui semble être un nouveau type de missile balistique intercontinental.

Dans la foulée des festivités liées au 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, père du régime stalinien de la Corée du Nord, Pyongyang a procédé la nuit dernière à un nouveau tir de missile. Selon le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le président américain et son équipe de conseillers militaires étaient "au courant" de ce tir, mais n'avaient "pas plus de commentaire à faire".

Un responsable de la Maison blanche voyageant avec M. Pence a cependant relativisé l'importance de cet essai, en observant que ce missile, probablement de portée intermédiaire, avait explosé quatre ou cinq secondes après son tir.

Pyongyang a " tenté de lancer ce missile depuis le site de Sinpo une ville portuaire du pays, située sur la côte est.

More news: Bastia - OL : le club corse réagit aux incidents
More news: [LdC-1/4] Monaco élimine Dortmund et entre dans l'histoire
More news: "Nintendo Switch : "prédiction d'une version " Mini " d'ici 2019 ?

Ce tir a en outre été effectué quelques heures seulement avant l'arrivée en Corée du Sud du vice-président américain Mike Pence pour des discussions qui se concentreront sur la menace nord-coréenne.

Avant de promettre de "traiter" le "problème" nord-coréen, jeudi, le président Donald Trump avait annoncé l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson et de trois navires lance-missiles, puis évoqué une "armada" comprenant des sous-marins.

La tension ne retombe pas en Extrême-Orient et dans la péninsule coréenne.

Samedi, des dizaines de milliers de soldats des armées de Terre, de l'Air et de la Marine, ont défilé au pas de l'oie devant le dirigeant du régime nord-coréen, Kim Jong-Un. Il pourrait s'agir de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux, a dit à l'AFP Chad O'Carroll, du média NK News spécialisé sur la Corée du Nord. Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a estimé qu'avec ce tir, "la Corée du Nord menace le monde entier".

Pyongyang est sous le coup de nombreuses sanctions imposées par les Nations unies en raison de ses programmes nucléaires et balistiques et de son ambition de se doter d'un missile capable d'atteindre les Etats-Unis.

Et reprenant la rhétorique bien connue de Pyongyang, le numéro 2 du régime nord-coréen Choe Ryong-Hae a promis samedi que son pays était "prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale".

Recommande: