Macron-Le Pen : le face-à-face imaginaire

20 Avril, 2017, 21:31 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Les journalistes Léa Salamé et David Pujadas avec Emmanuel Macron le 6 avril 2017 à l'Emission Politique de Fr2 à Paris  AFP  Archives

L'on apprend également que concernant le second tour de la Présidentielle française: Marine Le Pen perdrait à la fois contre Emmanuel Macron (64% d'intentions de vote pour lui contre 36% pour la candidate frontiste) mais aussi contre François Fillon (60% pour le candidat de la droite et du centre, 40% pour la présidente du FN).

Le candidat de la droite s'est rendu dans les locaux de l'entreprise de musique en ligne Deezer avec Alain Juppé, son ex-rival de la primaire, avec qui il n'avait pas été vu depuis fin janvier.

"Je déciderai d'un moratoire sur toute l'immigration légale pour arrêter ce délire, cette situation incontrôlée qui nous entraîne vers le fond". Il est notable qu'il recueille désormais 23 % des votes des électeurs de François Hollande au premier tour de 2012 (en hausse de 13 points), devançant Benoît Hamon dans cet électorat. "Dimanche, nous allons gagner, et ce sera le début d'une nouvelle France", a lancé le leader d'En Marche! devant près de 20 000 personnes.

M. Macron en a profité pour brocarder ses adversaires sans les nommer, ironisant sur le choix entre "Thatcher ou Trotsky, Fidel Castro ou Maurras". Un meeting qui pourrait être perturbé par des collectifs qui ont dit prévoir plusieurs "actions" aux abords du site.

François Fillon, de son côté, croit toujours à sa victoire. A la question portant sur le candidat qu'elle aimerait affronter au second tour, elle laisse entendre qu'elle préférerait se retrouver face à Emmanuel Macron, s'estimant la mieux placée pour le battre.

More news: PSG : Thiago Silva a traumatisé Kylian M'Bappé (AS Monaco)
More news: Pourquoi Trump a félicité Erdogan sans réserve — Référendum en Turquie
More news: Will Smith pourrait incarner le Génie de la lampe — Aladdin

Il a réuni lundi après-midi ses soutiens à Nice (sud-est), où il a promis "la sécurité partout et pour tous".

"Mes opposants de tous bords (.) ont voulu nous faire croire que la nomination des sondages valait élection", a-t-il dit.

Sa campagne a été fortement perturbée et ses sorties sur le terrain se sont raréfiées, jusqu'à ce qu'il multiplie les meetings depuis une semaine. A la troisième place, Jean-Luc Mélenchon continue d'engranger: il augmente son capital-confiance de 0,5 point. "C'est cette semaine que tout va se jouer", a-t-il lancé à ses partisans, avant de les avertir qu'il risquait de lui "manquer une poignée de voix" pour accéder au second tour.

Après son meeting mardi soir à Dijon retransmis dans six autres villes par hologrammes, Jean-Luc Mélenchon se rendait mercredi dans le Jura pour une visite du site de production "Trivolution" du groupe coopératif Demain.

Quant au candidat du parti socialiste Benoît Hamon, décroché du carré de tête, il comptera sur un rassemblement à Toulouse (sud-ouest) mardi et un rassemblement festif et très politique mercredi place de la République à Paris pour tenter de déjouer les pronostics.

Recommande: