Nouvelle tentative (ratée) de tir de missile en Corée du Nord

20 Avril, 2017, 17:50 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Nouvelle tentative (ratée) de tir de missile en Corée du Nord

Pyongyang a essuyé un échec dimanche lors d'un essai de missile, a annoncé l'armée américaine, au lendemain d'une démonstration de force du régime nord-coréen avec une gigantesque parade militaire. Ce tir de missile raté est un revers pour la Corée du Nord, au moment où les tensions sur la péninsule sont attisées par des déclarations belliqueuses de Pyongyang et Washington.

"Nous sommes prêts à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à notre façon", a insisté Choe Ryong-Hae au cours d'une cérémonie ayant précédé le défilé. Ni Séoul ni Washington n'ont été en mesure de déterminer dans l'immédiat la nature du missile en question, mais le timing de ce tir semble avoir été soigneusement choisi.

Cet essai est intervenu au lendemain du défilé militaire géant organisé par le régime de Pyongyang pour le 105e anniversaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung.

Pyongyang est pourtant sous le coup de nombreuses sanctions imposées par les Nations unies en raison de ses programmes nucléaires et balistiques et de son ambition de se doter d'un missile capable d'atteindre les Etats-Unis. La Corée du Nord a pour habitude de marquer les grandes dates du régime par des tirs de projectiles, dont certains se sont récemment abîmés dangereusement près du Japon.

Selon les analystes de "38 North", un site internet qui fait autorité sur le régime communiste, le site d'essais nucléaires de Punggye-ri est ainsi "amorcé et prêt" à servir.

Dans l'avion, un conseiller diplomatique de la Maison Blanche a confirmé que l'explosion avait eu lieu au bout de "quatre ou cinq secondes" et qu'il s'agissait probablement d'un missile de portée intermédiaire, et non d'un missile intercontinental.

Dans une déclaration diffusée vendredi par KCNA, l'agence de presse officielle de la Corée du Nord, l'armée avait assuré que les bases américaines en Corée du Sud, "tout comme les quartiers-généraux du Mal", tels que la présidence sud-coréenne à Séoul, seraient "pulvérisés en quelques minutes" en cas de guerre. C'est au large de Sinpo que se trouvait en août le sous-marin nord-coréen auteur du tir d'un missile balistique qui avait parcouru 500 km en direction du Japon.

Kim Jong-un n'a pas prononcé de discours, laissant le soin à son vice-ministre des Affaires étrangères d'avertir less États-Unis que la Corée du Nord était prête pour la guerre.

Recommande: