Face à la gauche, le vote utile, c'est Marine, pas Fillon !

21 Avril, 2017, 01:27 | Auteur: Phil Beauvilliers

M. Fillon cherche aussi à tirer avantage de la récente percée de l'antieuropéen et antimondialiste Jean-Luc Mélenchon dont le programme inquiète les électeurs de droite, tous appelés à serrer les rangs face à la menace "communiste". Avec 4% des intentions de vote, Nicolas Dupont-Aignan peut espérer atteindre 5% des votes dimanche prochain, ce qui permettrait le remboursement d'une large partie de ses frais de campagne.

7% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote au premier tour.

Le socialiste Benoît Hamon est stable à 8%. Il devance Marine Le Pen, (22,5%), François Fillon (19,5%), et Jean-Luc Mélenchon, (19%), selon un sondage Ipsos Sopra-Steria pour le Cevipof et Le Monde publié mercredi. Autant d'éléments qui démontrent que la campagne de Marine Le Pen est compliquée.

Les photos des deux suspects avaient été distribuées jeudi aux services de sécurité des candidats, ont déclaré à l'AFP Marine Le Pen et l'entourage d'Emmanuel Macron. Il stoppe l'hémorragie. Malgré la dynamique de Jean-Luc Mélenchon, il obtient 42% des électeurs de François Hollande de 2012 et conserve le soutien de 19% des sarkozystes. La chaîne publique a confirmé la diffusion d'une émission au cours de laquelle les candidats se succéderont pour 15 minutes d'entretien individuel, plus une "carte blanche" lors de laquelle ils aborderont le sujet de leur choix.

More news: Le Pen, la glissade continue — Sondage présidentielle
More news: Bournemouth, fin de saison pour Wilshere ?
More news: Votre casque Bose vous espionne via son application

La candidate du FN est en baisse d'un point tandis que son rival d'EnMarche est stable.

Derrière, François Fillon gagne encore un point et vient coller au duo de tête à 21% des voix.

Jacques Cheminade est bon dernier à 0%. La multiplicité des candidatures à gauche combinée à une forte probabilité de présence au second tour de Marine Le Pen et à un rejet de François Fillon par la gauche a probablement poussé certains électeurs à privilégier le favori au détriment de leurs convictions.

Bruno Retailleau a aussi opposé la "feuille de route très claire" de François Fillon à "tous ceux qui sont dans le flou, tous ceux qui sont dans les demi-mesures, les réformettes" qui "ne parviendront pas à relever la France".

Recommande: