Philippe Poutou suscite un tollé en réclamant le désarmement des policiers

21 Avril, 2017, 17:02 | Auteur: Sebastien Chopin
  • S’il est élu Philippe Poutou pourrait remettre le même t-shirt qu’au Grand Débat lors de la passation de pouvoir

Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste à la présidentielle était en train de défendre sa proposition de désarmement des policiers au moment où un terroriste tirait sur des policiers sur les Champs-Elysées. Alors qu'on apprenait qu'une fusillade avait eu lieu sur les Champs-Elysées, faisant un mort et deux blessés chez les policiers, jeudi soir, Philippe Poutou passait son oral de 15 minutes dans l'émission politique de France 2.

" On veut désarmer les policiers car ils agressent les manifs, les jeunes et les #quartierspopulaires".

"La police armée, sur-armée, on la connaît, c'est les Etats-Unis, des centaines de gens tués chaque année". Le candidat du NPA a tenté de rattraper cette maladresse lors de la conclusion de l'émission en glissant qu'il était également attristé par cette situation.

More news: Besiktas accuse et invite les supporters de Lyon à Istanbul — OL
More news: Incidents à Furiani : un supporter bastiais critique les joueurs de l'OL
More news: Un campement sauvage abritant 300 migrants évacué — Grande-Synthe

A la sortie de l'émission, Philippe Poutou a été pris à partie par les policiers en uniforme venus assurer la sécurité des invités. En roue libre, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) avait accusé de manière virulente le candidat Les Républicains (LR) sur les affaires judiciaires dont il fait l'objet. "Certes, il s'appelle Poutou, mais il nous a quand même bien baisés", aurait déclaré Laurent Ruquier en lançant une séquence, avant de raconter les coulisses du programme".

Sur les réseaux sociaux, le manque d'empathie du candidat a été rapidement dénoncé, et ce d'autant plus que, sur Twitter, son community manager relayait ses propos. "On n'a pas dit que toute la police devait être désarmée, il y a l'armée qui est là aussi".

Des propos qui ont attisé la rancoeur des policiers, dont certains étaient présents autour du studio de France 2. Interrogé sur LCI, il a réaffirmé ce vendredi sa volonté de désarmer la police.

Recommande: