Thomas Thévenoud devant la justice

21 Avril, 2017, 00:31 | Auteur: Sebastien Chopin
  • L'ex-député PS Thomas Thévenoud le 8 février 2017 à l'assemblée nationale à Paris

Thomas Thévenoud, ancien secrétaire d'État démis de ses fonctions en raison d'"oublis" dans ses déclarations de revenus, comparaît pour fraude fiscale aux côtés de son épouse, mercredi.

Âgé de 42 ans, il a annoncé récemment qu'il ne se représenterait pas aux prochaines législatives et qu'il arrêtait la politique. Le 4 septembre 2014, neuf jours après sa nomination comme secrétaire d'Etat, il avait dû annoncer sa démission. Avec neuf jours au gouvernement, il est le ministre le plus éphémère de la Ve République, avec Léon Schwartzenberg en 1988, ministre délégué à la Santé du gouvernement Rocard, poussé à la démission en juillet 1988, après des déclarations controversées sur la toxicomanie. "Si tous les contribuables se comportaient comme les époux Thevenoud, ce serait le chaos (...) c'est une défaillance ciblée", a plaidé l'avocate de la partie civile. D'une part sur le fait que, selon Thomas Thévenoud qui a publié un livre sur ses déboires l'an passé, l'Elysée "savait" pour ses problèmes fiscaux. La justice leur reproche de ne pas avoir déclaré leurs revenus en 2012 et d'avoir, sur quatre années (2009, 2010, 2011 et 2013), rempli leur déclaration en retard malgré plusieurs relances et mises en demeure de l'administration fiscale.

"Ça peut faire rire la France entière mais ça existe", poursuit Thomas Thévenoud, racontant avoir reçu des dizaines de témoignages de gens pour qui les démarches administratives sont difficiles. Et ce, pour un montant total de 70 500 euros, auquel sont venus s'ajouter 20 500 euros de pénalités de retard.

L'affaire Thévenoud avait atteint une nouvelle fois la "République exemplaire" prônée par François Hollande, après l'affaire des comptes cachés à l'étranger de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

L'accumulation de ces révélations par la presse, dont "Le canard enchaîné", mettront finalement un terme rapide à la carrière politique de celui qui, ironie de l'histoire, était aussi membre de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac.

"Je considère que nous avons été défaillants, négligents", déclare à la barre Thomas Thévenoud, "c'était notre mode de fonctionnement".

Le procès se poursuivait en fin d'après-midi. Député puis secrétaire d'État et collaboratrice parlementaire du président socialiste du Sénat ne pouvaient, d'après elle, ignorer le mécanisme déclaratif de l'impôt. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: