Macron en tête au national, Le Pen en force en région — Présidentielle

24 Avril, 2017, 15:48 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Macron vire en tête et Le Pen progresse

À Rennes, le candidat En Marche arrive en tête au premier tour de l'élection présidentielle avec 31,85 % des suffrages devant Jean-Luc Mélenchon 25,84 %.

Alors que les rumeurs faisaient état d'un vote très serré pour la seconde place entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, les premiers résultats tombent.

Si le second tour des élections présidentielles se jouera entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, la dirigeante du FN arrive en tête des suffrages dans le Grand Est pour ce premier tour. Elle est suivie d'Emmanuel Macron, de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon.

Les traditionnelles droite et gauche ont donc été éliminées dès le départ.

Après avoir longuement salué une foule qui scandait des "Macron, président", le candidat d'En Marche! a commencé par remercier le public dans un large sourire.

Si ce premier tour bruaysien est loin d'être calqué sur le scrutin national, le deuxième ne devrait pas l'être non plus. "Je mesure l'honneur et la responsabilité qui me revient", a-t-il lancé tout en saluant les autres candidats.

"En une année, nous avons changé le visage de la politique française".

L'ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira soutient également Emmanuel Macron malgré leurs divergences d'opinions notamment sur le mariage homosexuel. "Ne renoncez jamais, restez les courageux que vous êtes". Chacun doit mesurer la gravité du moment et tout faire pour rassembler. "A toute ma famille et à Brigitte, toujours présente sans qui je ne serai pas moi", a-t-il poursuivi. Une sorte de "double 21 avril", sortant d'un coup les deux partis de gouvernement de la photo finale. Il a énuméré ensuite le président qu'il souhaite être: "un président qui protège, qui transforme et qui construit". Le combat commence ce soir et nous le gagnerons! Mais surtout, c'est contre Marine Le Pen qu'il a appelé à voter: "C'est une ennemie de la République".

"La première étape est franchie", a affirmé celle qui dès lundi battra la campagne, sans doute sur un marché en Picardie. "Cette élection, je la gagnerai", répétait-il. Ce grand débat va enfin avoir lieu. "C'est une opportunité historique", a réagi Mme Le Pen. "Je suis la candidate du peuple".

L'ex-ministre Christine Boutin, fondatrice du PCD, a pour sa part exprimé sur Twitter sa "honte" à la suite de l'appel de François Fillon. L'homme de gauche refuse de se prononcer et dit attendre les résultats définitifs: "Je ne saurais dire, ni faire davantage à cette heure". Ce matin sur France Info, le vice-président du FN Florian Philippot s'en est donné à coeur joie: "Le Fouquet's étant fermé, Macron est allé faire la fête avec ses amis du showbiz à la Rotonde". Jusqu'à ce que n'éclate le scandale des emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants qui l'a précipité en-dessous de la barre des 20%. Le clivage gauche-droite, qui tenait la vie politique française, a volé en éclats avec les éliminations de François Fillon (LR) et Benoît Hamon (PS). Selon les instituts, il n'est pas certain que François Fillon finirait devant Jean-Luc Mélenchon.

Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung se montre réservé sur la qualification d'Emmanuel Macron dans un article intitulé "La France déchirée": "Plus de 40% des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute".

Nicolas Dupont-Aignan, qui a recueilli 4,75% des suffrages, a indiqué qu'il annoncerait son choix pour le second tour "en début de semaine" après avoir réuni les instances de son parti. Aucun autre candidat n'atteint la barre des 5%.

Au second tour, je voterai Emmanuel Macron.

Recommande: