Macron prépare sa stratégie à son QG — Présidentielle

24 Avril, 2017, 19:17 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Second tour: le duel Macron Le Pen

Jean-Luc Mélenchon, qui a tardé à reconnaître sa défaite, n'a pas voulu hier soir donner de consignes de vote. La dixième élection présidentielle de la Ve République constitue un séisme sans pareil depuis 1958.

Dans un éditorial mis en ligne dans ses éditions anglaise et chinoise, le quotidien chinois Global Times, proche du pouvoir, rappelle que "la plupart des observateurs français comme européens pensent que Macron l'emportera".

Arrivé en tête avec 23,72 % des suffrages (selon une totalisation basée sur 80 % des inscrits), le leader d'En marche! a remporté la première partie de son pari. Ses experts vont devoir pointer, pour chacune d'entre elles, les députés amis déjà ralliés ou disposés à se rallier à son mouvement, à droite comme à gauche. Mais l'entreprenant jeune homme de 39 ans n'a jamais chuté.

Prochaine étape, le second tour des élections, le dimanche 7 mai 2017. "Soit nous continuons sur la voie de la dérégulation totale, soit vous choisissez la France", a lancé dimanche soir la patronne du Front National, qualifiée pour le second tour de la présidentielle, avec 21,53% des voix (plus de 7,6 millions d'électeurs). Avant même le second tour, le troisième débute dès ce lundi matin.

La surprise vient du score récolté par le tribun de la France Insoumise.

Dès lundi, les deux candidats vont de nouveau fourbir leurs armes.

A droite, Les Républicains pansent leurs plaies. À Metz, comme au niveau national, François Fillon s'est imposé à droite dans son duel face à Alain Juppé lors du second tour de la primaire.

Mais, nuance-t-il aussitôt, "le FN réalise le score le plus fort de son histoire à une présidentielle". "Cette défaite est la mienne et c'est à moi, et à moi seul de la porter", a reconnu l'ancien premier ministre à 20h45.

Le choix pour le second tour du maire PS d'Ambilly, Guillaume Mathelier, ne fait pas un pli.

Le taux de participation à Vannes s'élève à 81,60 %.

En Occitanie, le tiercé de tête est beaucoup plus resserré: Marine Le Pen s'impose de peu (22,9 %), devant Emmanuel Macron (22,3 %) et Jean-Luc Mélenchon (22,1 %). Enfin Jean-Luc Mélenchon se situe juste derrière, avec 19,64%. François Fillon suit, avec 22,37%. Guingamp.De son côté, Yannick Kerlogot, conseiller départemental et élu de l'opposition à Guingamp, a affiché sa satisfaction.

Aucun des six autres candidats en lice au premier tour ne serait parvenu à passer la barre des 5 %. Jean Lassalle (1,26 %), François Asselineau (0,9 %), Philippe Poutou (1,1 %), Nathalie Arthaud (0,66 %) et Jacques Cheminade (0,2 %) sont éliminés. Très vite, Benoît Hamon a appelé à voter pour Emmanuel Macron pour faire barrage au FN. Partisan de l'UE, l'ex-ministre de l'Economie a d'ailleurs reçu le soutien appuyé du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du gouvernement allemand d'Angela Merkel.

Jugé "historique", le résultat du premier tour reste cependant en deçà des attentes de Marine Le Pen, qui tablait sur une dynamique populiste, après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, le vote du Brexit en Grande Bretagne et le contexte anxiogène des attentats djihadistes. Le candidat d'En Marche! comptabilise 23,8% des voix contre 21,4% pour la candidate du Front National.

Christine Boutin, ancienne présidente du Parti chrétien démocrate (PCD), juge l'adhésion "possible" au vote Le Pen. Avec 31,03% des voix, Marine Le Pen s'octroie notamment une très large victoire dans les Hauts-de-France, où elle est suivie de loin par Jean-Luc Mélenchon (19,59%), à quasi-égalité avec Emmanuel Macron (19,50%).

A Lacrouzette, Marine Le Pen recueille 35,1% des Voix, devant François Fillon, 30%.

Mission accomplie pour la candidate du FN qui sera bien présente au second tour, comme l'annonçaient les sondages depuis le printemps 2013.

Recommande: