Amiens : le ressenti des salariés de Whirlpool après la visite des candidats

27 Avril, 2017, 18:01 | Auteur: Gerard Affre
  • AFP  ERIC FEFERBERG

Emmanuel Macron a promis plus tôt, en visite dans un café de Bully-les-Mines, qu'il ne laisserait "pas un centimètre d'espace, pas une seconde de répit, pas une once d'énergie" à Marine Le Pen, qui lui a "couru après à Amiens" en se rendant auprès des salariés de Whirlpool.

Emmanuel Macron, vote blanc ou abstention, une seule chose est sûre, a précisé le porte-parole, "aucune voix pour le Front national". Sur sa page Facebook, durant et après l'échange avec les salariés, les community managers du candidat se chargeaient de faire le tri pour privilégier les commentaires positifs en les "épinglant" à la vidéo. Avec 41% d'opinions favorables, le candidat d'En Marche! devance Jean-Luc Mélenchon (38%) en baisse de deux points, Alain Juppé (37%, +1) et la candidate du Front national (33%, +4). Images de pneus brûlés en toile de fond, il ajoute: "les salariés auraient préféré qu'Emmanuel Macron viennent ici, sur le piquet de grève". À quelques kilomètres de l'usine, il s'entretenait à huis clos avec des représentants de l'intersyndicale. Objectif déclaré: bénéficier de "plus fortes économies d'échelle" et ainsi "sauvegarder sa compétitivité" dans un contexte "de plus en plus concurrentiel". Un journaliste du HuffPost a indiqué sur Twitter, photo à l'appui, que des militants du Front national se cachaient derrière un camion en attendant l'arrivée d'Emmanuel Macron. Voilà pourquoi il avait fait le choix de la rencontre en terrain neutre. Et tant pis pour le revirement.

Le coup médiatique de Marine Le Pen donne le ton de la campagne du second tour de la présidentielle. "Pensez-y", a ironisé son adversaire Emmanuel Macron sur son compte Twitter. Entamer un dialogue. C'est pourtant bien dans ce but que le candidat avait dérogé à la règle qu'il s'était fixée.

Il sera jeudi soir l'invité de l'émission "Elysée 2017" sur TF1 et LCI, après avoir accordé dans la journée un entretien à la presse régionale. Mais il ne débute pas sous les meilleurs auspices. "Ne vous trompez pas de combat", a-t-il lancé aux salariés de Whirlpool, particulièrement remontés contre ce symbole du "business", comme l'a décrit une employée. Difficilement audible, et pour des raisons de sécurité, Emmanuel Macron a finalement décidé finalement de s'isoler avec les salariés sur un parking. "On est des ouvriers, on a les mains propres, vous nous serrez la main?", lui a lancé une salariée du site. Plus précisément, le soutien d'Emmanuel Macron et ancien conseiller de François Mitterrand a affirmé qu'il "ne voudrai (t) pas que cette campagne se réduise à des anecdotes [.] C'est une anecdote, non pas au sens péjoratif du mot, ça s'inscrit dans un contexte plus large, c'est-à-dire dans le contexte de la mondialisation ou la fermeture".

Recommande: