La visite du pape en Egypte, malgré les attentats, est "un message"

28 Avril, 2017, 11:50 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le pape François en Egypte ce vendredi

Mais elle est aussi l'occasion pour le pape argentin de redire son soutien à la communauté copte, dans un pays endeuillé par les attentats contre deux églises lors des célébrations des Rameaux, le 9 avril.

Et toutes les églises d'Egypte ont été placées sous haute surveillance dans la crainte d'un attentat durant le voyage du pape.

François aura aussi des entretiens au Palais présidentiel au Caire avec le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi et de hauts responsables dans ce pays.

Largement soutenu par les chrétiens d'Egypte après le renversement de l'islamiste Mohamed Morsi en 2013, cet ex-chef de l'armée a été le premier président égyptien à se rendre à la messe de Noël à la cathédrale copte du Caire.

Une nouvelle législation sur les églises, qui en remplace une autre très restrictive héritée de l'époque ottomane, a en outre été promulguée en 2016 pour faciliter les procédures de construction d'églises.

Le père Rif'at Bader, directeur du Centre catholique pour les études et les médias en Jordanie (CCSM), représente officiellement l'Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, à la Conférence internationale d'Al-Azhar sur la paix qui se tient au Caire le jeudi 27 avril 2017, ainsi qu'aux audiences de Sa Sainteté le pape François en Egypte vendredi et samedi 28 et 29 avril.

Vieille de presque mille ans, elle héberge une université et des écoles attirant des étudiants du monde entier.

L'institution religieuse a par exemple refusé d'amender la pratique islamique des divorces prononcés de manière orale.

La visite du pape au Caire vise plus particulièrement à consolider les relations entre Al-Azhar et le Vatican qui s'étaient crispées à partir de 2006, en raison de propos controversés du pape Benoît XVI semblant associer islam et violence.

François, qui dénonce régulièrement les violences commises au nom de Dieu, est convaincu que le dialogue entre catholiques et musulmans est plus nécessaire que jamais et, dans ce contexte, le cheikh al Tayeb apparaît comme un allié précieux.

Pour autant, le pape François ne veut pas se déplacer en voiture blindée, stipule le porte-parole du Saint-Siège, Greg Burke, affirmant "ne pas avoir d'inquiétudes particulières" grâce au plan de sécurité mis au point par le ministère égyptien de l'Intérieur.

Il s'est rendu dans des mosquées, a lavé à Pâques les pieds de migrants musulmans ou encore ramené à Rome à bord de son avion trois familles syriennes musulmanes lors d'un déplacement sur l'île grecque de Lesbos. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: