La France redoute une mauvaise surprise Le Pen dimanche prochain — Présidentielle

03 Mai, 2017, 12:45 | Auteur: Nathanaël Gerin

Parmi eux, une frange des électeurs du conservateur François Fillon (20 % au premier tour) ne veulent pas entendre parler d'Emmanuel Macron, perçu comme l'héritier du président socialiste François Hollande.

À Villepinte, au nord de Paris, devant une salle à moitié pleine, celle qui a donné le ton de cette première semaine de campagne d'entre-deux-tours s'est présentée en candidate de la nouvelle coalition qu'elle a formée vendredi avec le gaulliste Nicolas Dupont-Aignan, dont elle veut faire son premier ministre. Marine Le Pen dans un village de la Somme et Emmanuel Macron à Albi. On estime que ce ralliement, contesté dans son propre parti, pourrait convaincre d'anciens électeurs déçus de François Fillon de voter pour Marine Le Pen.

La France n'est pas l'Amérique, Marine Le Pen n'est pas Donald Trump et Emmanuel Macron n'est pas Hillary Clinton mais, vu de Londres, les analogies ne manquent pas: un pays divisé, une candidate populiste face à un candidat accusé d'être dans la main des intérêts financiers et un suspense jusqu'au dernier moment.

"Alors que la troïka des créanciers de la Grèce et le gouvernement de Berlin étranglaient les tentatives de notre gouvernement de gauche nouvellement élu pour libérer la Grèce du carcan de sa dette, Macron a été le seul ministre d'Etat en Europe à faire tout son possible pour nous aider". Le paysage politique que nous connaissons depuis tant et tant d'années s'est évanoui sous nos yeux en quelques heures. Ils ne sont pas ses adversaires dans ce second tour.

M. Mélenchon a également demandé un "geste" à Emmanuel Macron en faveur de ses électeurs. Jamais je n'accepterai que les Français qui croient en l'islam soient insultés parce qu'ils croient en l'islam. Pour cela, il nommera une commission d'experts et de scientifiques qui en examinera les conséquences environnementales et lui fera rapport. En effet, en 2002, Jacques Chirac avait refusé d'affronter Jean-Marie Le Pen. Des négociations qui pourraient intervenir à partir de janvier 2018, a confié Nicolas Bay au micro de Sud Radio ce mardi matin, une fois que les élections allemandes et italiennes seront passées.

Chefs d'entreprise, personnalités de la culture, chercheurs et scientifiques, militants associatifs, grands medias: les tribunes ou pétitions en faveur du candidat du mouvement "En marche!" s'enchaînent pour tenter de limiter l'abstention face à la candidate d'extrême droite. Dans les meetings des deux finalistes, la grosse artillerie était de sortie en tirs croisés contre "le candidat de la finance" version le Pen ou "le parti de la division et de l'anti-France" côté Macron.

"Le projet de l'extrême droite, (.) c'est la réduction des libertés, la négation des différences".

Le candidat d'En Marche! a ainsi expliqué sur BFMTV qu'il ne voulait pas laisser à la candidate du FN la possibilité de continuer à asséner des "contre-vérités dangereuses". "La Californie de la France, écrit l'hebdomadaire, serait l'Ile-de-France (NDLR. où Macron est arrivé en tête)": avec 12 millions d'habitants, 18% de la population, elle pèserait 30 grands électeurs tandis que la Corse (où Marine Le Pen est arrivée en tête) ne compterait que trois grands électeurs.

Recommande: