Une audience peu exceptionnelle pour le débat Le Pen-Macron — Présidentielle

04 Mai, 2017, 16:11 | Auteur: Nathanaël Gerin

Voici ce qu'il fallait en retenir.

Pendant deux heures et demie, mercredi 3 mai, des millions de Français ont assisté à ce qui devait être un débat politique entre les deux candidats du second tour de l'élection présidentielle. "Elle a en permanence par une agressivité, par des allusions, par des imprécisions, essayé de tout tirer le débat vers le bas".

" Que l'on voie l'expression du visage de l'autre candidat, au risque de le déstabiliser, nous acceptons ce risque à 100% ", a ajouté le porte-parole du candidat d'En Marche.

22 h 50: "La France sera gouvernée par une femme: se sera ou moi, ou Madame Merkel", déclare Marine Le Pen. Les passes d'armes ont été très nombreuses et le ton est monté à plusieurs reprises. Ce qu'il fallait en retenir.

Dès l'introduction du débat, les lignes de défense et les axes d'attaque des deux candidats sont apparus. Pour le journal économique américain, la candidate du Front national a été la grande la perdante du débat.

"Vous n'êtes pas la candidate de l'esprit de finesse ni de la volonté d'un débat démocratique équilibré et ouvert ", a répliqué Emmanuel Macron.

" Vous portez l'esprit de défaite, je porte l'esprit de conquête français", a-t-il affirmé, alors qu'il s'efforce de convaincre une proportion encore importante d'indécis.

Sur le plan social, Marine Le Pen s'est posée - sans surprise - en candidate de la défense des familles et a repris certaines intox de La Manif pour tous face à un Emmanuel Macron qui s'est dressé en faveur de l'ouverture, de l'inclusion et de la diversité, tout ce que rejette en bloc Marine Le Pen. Le candidat centriste a dit que "le plus grand souhait des djihadistes c'est que Marine Le Pen arrive au pouvoir en France", l'accusant de proposer "de la poudre de perlimpinpin" aux Français.

Le jeune candidat de 39 ans, favori des sondages, a accusé la patronne de l'extrême droite, 48 ans, de tomber dans "le piège" que les auteurs d'attentat "nous tendent" et de "porter la guerre civile".

Lorsqu'il aborde le sujet de l'agriculture française, Emmanuel Macron évoque "les broutards" des éleveurs.

A quatre jours du scrutin, Marine Le Pen a réitéré sa proposition de transformer l'euro en "monnaie commune", qui serait utilisé comme l'a été selon elle l'ECU, tout en réinstaurant une monnaie nationale.

"Entre 2012 et 2017, on note que le FN a peu progressé dans les zones où il était déjà élevé, tandis qu'il s'est renforcé dans les zones où il avait fait des scores plus faibles".

Et soudain Marine Le Pen fit une imitation. Le 9 avril dernier, elle affirmait en effet que "la France n'était pas responsable". "La France vaut beaucoup mieux que ça".

L'ancien ministre de l'Economie a expliqué qu'il ne voulait pas laisser à la candidate du FN la possibilité de continuer à asséner des 'contre-vérités dangereuses'. Christiane Taubira qui avait soutenu la candidature du "frondeur" Benoît Hamon au Premier tour de la présidentielle a appelé mardi à voter pour Emmanuel Macron mais du bout des lèvres, sans "arrangement, pacte ni faux-semblant".

Laurence Parisot, Premier ministre de Macron?

Sur le thème de la sortie de l'Euro, Marine Le Pen évoque un retour à l'"ECU", l'European Currency Unit, soit l'unité de compte utilisée par la Communauté européenne avant l'adoption de l'euro. "L'image que vous donnez de la France n'est pas belle".

"Aucun des deux n'est au niveau". "Le parti des affaires c'est le mien?" Sous-entendu: on y apprend à prendre des coups et à en donner. A la différence de Marine Le Pen, il n'a jamais été élu. Le parti de ceux qui ne vont pas devant les juges, c'est le vôtre. "Vous êtes entre les mains des communautaristes".

Recommande: