48% des Américains souhaitent la destitution de Donald — Etats-Unis

19 Mai, 2017, 15:36 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Donald Trump risque-t-il d'être destitué?

Des républicains reprochent à M. Trump d'avoir laissé entendre qu'il avait limogé James Comey en raison de l'enquête sur la Russie, le milliardaire étant exaspéré de voir son nom constamment cité alors qu'il n'est pas, selon lui et plusieurs élus, personnellement ciblé par l'enquête.

Donald Trump a déclenché une tempête politique il y a une semaine à Washington en décidant de limoger le directeur du FBI.

Selon le New York Times, James Comey était connu auprès de ses collaborateurs pour noter scrupuleusement le contenu de toutes les conversations dont il pensait qu'elles pouvaient prêter à discussion par la suite. "J'espère que vous pouvez laisser tomber", lui aurait déclaré le président lors d'un entretien dans le Bureau ovale le 14 février.

La Maison Blanche a réagi à ces nouvelles révélations en affirmant que "le président n'a jamais demandé à M. Comey ou à qui que ce soit de clore une enquête". M. Comey aurait consigné cette tentative d'étouffer une enquête dans des notes, qui ont commencé à fuiter dans la presse. Trump et Comey, pour avoir omis de révéler des contacts répétés avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis l'an dernier, dont certains auraient porté sur des sanctions américaines contre Moscou.

Michael Flynn, qui n'avait pas tout dit de ses discussions avec l'ambassadeur Sergueï Kisliak, apparaît comme une figure centrale dans les enquêtes sur les accusations d'ingérence de la Russie pendant la campagne électorale 2016 et sur une collusion éventuelle entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou.

Ces informations, qui concernent la capacité du groupe Etat islamique à armer de manière sophistiquée des ordinateurs portables, sont si sensibles qu'elles n'ont même pas été partagées au sein de l'alliance des "Five Eyes" (Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada et Nouvelle-Zélande), selon le Wall Street Journal.

"Cette note est une preuve flagrante d'entrave à la justice et mérite certainement une enquête rapide par un procureur spécial indépendant", a déclaré le sénateur démocrate Richard Blumenthal.

Le fait que les républicains soient aux manettes des deux chambres du Congrès rend par ailleurs peu probable une procédure de destitution du président qui appartient à ce parti.

Le président de la Chambre des représentants, le républicain Paul Ryan, a soutenu cette démarche. "S'il existe bien de tels enregistrements, je pense qu'ils seront demandés par la justice et ils devront probablement les donner", a-t-il dit sur Fox.

Les experts en droit jugent que les propos de Donald Trump, s'ils sont avérés, pourraient constituer une faute. Déjà accusé mardi d'avoir été trop bavard avec des diplomates russes, le président des États-Unis est désormais soupçonné d'avoir tenté de mettre fin à une enquête du FBI.

Mais ils soulignent également que l'intention est un facteur crucial et que les mots du président peuvent être sujets à interprétation.

Il ressort du sondage que les personnes interrogées ne croient pas, dans l'état actuel des choses, à un futur radieux pour Donald Trump à la Maison Blanche.

Recommande: