La composition du gouvernement Macron est dévoilée

19 Mai, 2017, 17:51 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Edouard Philippe  AFP

Si on exclut le Premier ministre, l'exécutif se révèle paritaire, composé à 50% de femmes et à 50% d'hommes. Autre figure du Modem, Marielle de Sarnez qui devient ministre des affaires européennes.

Le dernier gouvernement de Manuel Valls comptait 38 ministres et secrétaires d'Etat, contre 32 dans le gouvernement précédent.

Egalement interrogé sur l'avenir de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, rejeté par le nouveau ministre de la Transition écologique, Edouard Philippe a indiqué qu'"il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l'ensemble des choses sur la table, d'étudier l'ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décision qui sera assumée, qui sera claire".

Le nouveau président français Emmanuel Macron a dévoilé mercredi son premier gouvernement, une équipe de rupture marquée par une stricte parité hommes-femmes et un panachage politique intégrant des personnalités de gauche, de droite, du centre et de la société civile.

Les directeurs de l'administration centrale feront l'objet d'un examen ou d'un renouvellement dans les prochaines semaines, comme Emmanuel Macron l'avait annoncé pendant la campagne électorale, a ajouté le porte parole du gouvernement. Tout d'abord pour le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb, soutien actif de la première heure du leader d'En Marche!.

Le chef de file des Républicains, François Baroin, "regrette à titre personnel" la nomination de ces deux personnalités, alors que la droite est déjà très déstabilisée par son élimination historique au premier tour de la présidentielle.

Secrétaire d'Etat, en charge des personnes handicapées: Sophie Cluzel. Bien que sollicité par plusieurs Présidents de la République, il avait jusqu'ici toujours refusé d'entrer au gouvernement. Agnès Buzyn est nommée ministre des Solidarités et de la Santé. L'actuel directeur général de l'Essec Jean-Michel Blanquer est nommé ministre de l'Éducation nationale.

Ancien ministre de l'Agriculture (2009-2012) dans le gouvernement de François Fillon, Bruno Le Maire est chargé d'un département stratégique dans le programme d'Emmanuel Macron qui inscrit comme priorités, notamment, la relance de la croissance économique jugée molle et la lutte contre le chômage massif, que le président sortant, François Hollande, n'est pas parvenu à inverser sa courbe.

L'ancien candidat à la primaire de la droite Bruno le Maire, nommé ministre de l'Economie et le maire de Tourcoing (Nord) Gérald Darmanin, ancien proche de Nicolas Sarkozy, nommé ministre de l'Action et des comptes publics auront certes des fonctions cruciales.

On ne note pas pour autant d'autres transfuges venus de la droite.

Les nombreux socialistes entrés dans ce nouveau gouvernement achèvent aussi d'affaiblir le PS. "Cautions de gauche mais Matignon et Bercy à droite", a tweeté le premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis dans une première réaction. Un pari réussi pour celui qui a rallié le président avant le premier tour.

Recommande: