L'Elysée veut choisir les journalistes qui suivent Emmanuel Macron

19 Mai, 2017, 18:22 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • [Portrait] Christophe Castaner, un luron pour Macron !

" Contrairement aux " quinze (15) membres maximum " qu'il avait annoncés, le Président a nommé un gouvernement composé de 18 ministres et 4 secrétaires d'État".

Le nouveau chef de l'État français, le centriste pro-européen Emmanuel Macron, a présidé jeudi son premier Conseil des ministres, au lendemain de la composition d'un gouvernement politiquement panaché, qu'il a pressé de fonctionner dans la "solidarité". Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l'information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie. Il est en charge des relations avec le Parlement. En cause: la volonté de réserver les déplacements du chef de l'État aux rubricards des rédactions et non plus aux journalistes des services politiques. L'ex-animateur vedette d'Ushuaïa, désormais ministre de la Transition écologique, constitue l'une des prises majeures d'Emmanuel Macron après avoir refusé précédemment les sollicitations de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a déclaré mercredi que tous les membre du gouvernement, y compris les deux ministres Les Républicains Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, devaient "soutenir les candidats de la majorité présidentielle" lors des élections législatives.

De droite, de gauche et du centre, mais surtout paritaire.

Ils soulignent par ailleurs qu'aucun président avant Emmanuel Macron "ne s'est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse". La journaliste a évoqué les nombreuses difficultés qu'elle rencontrait pour couvrir l'Élysée comme l'obligation d'annoncer sa venue pour que des rampes provisoires soient installées, se disant aussi "interdite de voyages de presse". Du côté de l'entourage du président, on explique que c'est pour éviter de retrouver toujours les mêmes journalistes politiques.

Pourquoi sont-ils inquiets? Première déconvenue: si les journalistes ont pu filmer ou photographier les ministres à leur arrivée à l'Elysée (voir une vidéo ici), la sortie de ces mêmes ministres, au terme d'un conseil qui aura duré moins d'une heure, s'est déroulée sans journalistes présents dans la cour. Un cliché uniquement avec les femmes du gouvernement, en compagnie du Premier ministre Edouard Philippe et du Président Emmanuel Macron, a aussi été pris.

Âgé de 69 ans, M. Le Drian a agi comme ministre de la Défense pendant les cinq années du mandat de l'ancien président François Hollande.

Pour mieux se faire entendre, jeudi après-midi, dans une lettre ouverte au président, les sociétés des journalistes d'une vingtaine de grands médias (AFP, BFMTV, Europe 1, Le Figaro, France Info, France Inter, Libération, Mediapart, Le Parisien, Le Point, RFI, RTL, RMC, TF1, Télérama, Le Monde.) et Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, ont fait part à Emmanuel Macron de leurs "inquiétudes quant à l'organisation de la communication présidentielle en train de se mettre en place".

Recommande: