Quand le porte-parole d'En Marche recadre l'ex-Premier ministre Valls — France

19 Mai, 2017, 17:58 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Les présidents sortant et élu François Hollande et Emmanuel Macron ont déposé lundi côte à côte la traditionnelle gerbe des commémorations du 8 mai 1945 sur la tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe.- STEPHANE DE SAKUTIN- POOL  AFP

L'ex-Premier ministre avait annoncé son souhait en matinée.

Cela fait des semaines qu'il préparait le terrain.

"Je serai candidat de la majorité présidentielle", a déclaré Manuel Valls.

" Parce que je suis un républicain, un homme de gauche, parce que je reste socialiste, je ne vais pas renier trente ans d'engagement de ma vie politique (...) parce que je sais que gouverner la France c'est difficile, je ne suis pas en embuscade ", a dit sur RTL l'ancien Premier ministre socialiste.

Repoussé par La République En Marche, Manuel Valls l'est aussi du Parti socialiste.

Il avait aussi présenté aux membres du bureau quatre autres décisions non soumises au vote: la condamnation ferme de ceux qui soutiennent ou rejoignent Emmanuel Macron, le retrait et remplacement des membres du bureau national qui ont pris position en sa faveur, le rappel de l'interdiction de la double appartenance à En Marche! et au PS, et enfin le rappel du retrait de l'investiture socialiste à ceux qui ont parrainé En Marche! ou adhéré, sous peine d'exclusion s'ils se présentent quand même. Jean-Paul Delevoye n'a pas précisé si l'ancien Premier ministre avait à ce jour dépose sa demande d'investiture. Il aurait dû déposer sa candidature. Mais "nous allons nous relever", affirme-t-il. Sauf que visiblement, cette candidature n'a pas été validée par le clan Macron.

Manuel Valls a déclaré se présenter aux législatives sous l'étiquette du mouvement d'Emmanuel Macron. Il sera "déféré" devant la commission des conflits, a annoncé mercredi 10 mai Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti. Je ne crois pas (qu'il l'ait fait). "La bannière sur laquelle les candidats aux législatives iront s'appelle la République en marche (...) la procédure est la même pour tout le monde, il lui reste 24 heures", a-t-il ajouté.

Les candidats de "La République en marche" doivent être investis pour les législatives avant jeudi midi dans chacune des 577 circonscriptions.

Il n'était jamais allé aussi loin. Si Malek Boutih a lui aussi effectué sa demande d'investiture à LREM, le pourtant fidèle Luc Carvounas a pour sa part lâché son ami, refusant de le suivre "cette fois".

Je suis progressiste réformiste mais aussi socialiste attaché à son Parti et ses valeurs. C'est Manuel Valls, alors Premier ministre, qui a convaincu François Hollande de faire entrer le banquier au gouvernement en remplacement de Montebourg, lors du remaniement d'août 2014.

Recommande: