A l'Otan, Trump martèle ses exigences sans rassurer les Alliés

28 Mai, 2017, 00:40 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Erdogan se réunit avec Macron à Bruxelles

Le président américain a exhorté ses partenaires de l'Otan à s'investir plus fortement dans la lutte antiterroriste, notamment dans le domaine financier.

Après le sommet de l'Otan à Bruxelles, le président français a atterri jeudi minuit avec son épouse Brigitte en Sicile, où, en plus des réunions des Sept, il rencontrait vendredi en tête-à-tête cinq dirigeants: Theresa May (Grande-Bretagne), Justin Trudeau (Canada), Mahamadou Issoufou (Niger), Béji Caïd Essebsi (Tunisie) et Shinzo Abe (Japon).

En revanche, ce sont les membres de l'Otan qui ont exprimé auprès de Donald Trump leurs préoccupations sur sa politique environnementale. Alors que la plupart tentent une tactique d'évitement, Emmanuel Macron semble s'être mieux préparé. L'enjeu est donc de taille pour le nouveau président français face à son homologue américain qui refuse toujours de se prononcer sur cette question. Macron est ainsi totalement resté maître de l'échange.

Autour de la table côté français, les ministres Sylvie Goulard (Armées) et Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères), le chef d'état-major particulier d'Emmanuel Macron, l'amiral Bernard Rogel, le chef de la cellule diplomatique de l'Elysée, Philippe Etienne, et deux autres conseillers. Le président américain Donald Trump, qui s'est montré très critique envers l'Alliance, devrait plaider lors du sommet - le premier auquel il assiste - pour que l'Otan en fasse davantage contre le terrorisme, et pour que les Européens dépensent davantage dans le domaine de la défense.

Les nombreuses fuites à Washington - y compris les informations confidentielles sur un attentat que préparerait l'EI à l'aide d'un tablette ou d'un ordinateur portable dans un avion, que M. Trump a partagé avec le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov dans le Bureau ovale - ont déclenché de vives polémiques depuis sa prise de fonction. Quant à Emmanuel Macron, il s'est dit "très heureux " de cette rencontre avant de déclarer: "On a un agenda extrêmement large à discuter au sujet de la lutte contre le terrorisme, l'économie, les sujets climatiques et énergétique ". "C'est un grand honneur pour moi d'être avec le nouveau président de la France, qui a mené une campagne incroyable et a remporté une formidable victoire", a lancé le président républicain.

"Nous prendrons des mesures pour partager de manière plus équitable le poids financier de notre sécurité", a déclaré le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg au cours d'un dîner de travail avec les dirigeants des Etats membres, dont M. Trump, pour qui Bruxelles est la quatrième étape de son premier voyage à l'étranger. "Bravo! Bien joué!", a salué le président américain.

Recommande: