Législatives en France: l'alliance LREM-Modem largement en tête

16 Juin, 2017, 19:14 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • La France vote pour élire ses députés

Dans le Doubs se déroulera un duel REM/socialiste.

Qualifiée pour le second tour, la ministre des Outre-Mer Annick Girardin a obtenu exactement le même nombre de voix qu'un autre candidat divers droite, Stéphane Lenormand. Elle sera suivie du parti Les Républicains et ses alliés avec 80 à 100 sièges et du Parti socialiste et ses alliés (30 à 40 sièges). Insolites ou pas, voici quelques données à retenir suite au premier tour des élections législatives du dimanche 11 juin 2017. "Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert.

Le jeune mouvement d'Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), se dirige vers une victoire écrasante et pourrait ravir avec son allié centriste du MoDem 390 à 445 des 577 sièges de députés, à l'issue du second tour le 18 juin, selon les estimations.

- Il n'y aura qu'une triangulaire au second tour, contre 34 en 2012.

Le Premier ministre Edouard Philippe a estimé que les Français avaient confirmé leur "attachement dans le projet de renouvellement, de rassemblement et de conquête" de M. Macron.

Après seulement un an d'existence, la REM a réussi à dynamiter les partis traditionnels de gauche et de droite.

Camouflet également pour le parti d'extrême droite Front national, dont la patronne Marine Le Pen s'était hissée il y a un mois au second tour de la présidentielle contre Emmanuel Macron: il obtiendrait seulement 1 à 10 sièges. Armé d'une configuration politique idéale, le président devra comprendre les raisons d'une abstention record qui n'entame certes pas sa légitimité institutionnelle mais montre bien que son mandat n'est pas un plébiscite. Ces deux partis rêvent d'une proportionnelle intégrale où l'Assemblée nationale est constituée à proportion du poids réel de chaque parti.

Au parti socialiste, c'est une lourde défaite puisque l'ancien candidat du PS et député sortant des Yvelines (région parisienne), Benoît Hamon, a été éliminé dimanche dès le premier tour des législatives.

Pour ce parti anti-immigration et europhobe, c'est "une déception", a reconnu son vice-président Florian Philippot.

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, obtiendrait, elle, dix à 23 fauteuils, PCF inclus. Comment expliquer qu'autant de Français aient boudé ces élections? La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon obtient 11 % et le Parti socialiste entre 9 et 10,2 %, selon les estimations Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions-Radio France, LCP-Public Sénat, France 24, Kantar Sofres-Onepoint pour TF1-RTL-LCI et Elabe pour BFMTV-RMC.

"Ce soir rien n'est acquis", a pris soin de souligner dimanche soir la présidente par intérim de REM Catherine Barbaroux, en soulignant que la "faible participation doit plus que jamais nous inviter à poursuivre nos efforts pour renforcer l'engagement citoyen qui est au coeur du projet de la République en marche et même à l'origine de sa construction".

Leur manque de notoriété ou d'expérience semble être compensé par la popularité du nouveau chef de l'État français, qui connaît un état de grâce en ce début de quinquennat.

Recommande: