Le raz de marée de la République en marche — Législatives

19 Juin, 2017, 09:24 | Auteur: Christian Jacquard
  • Législatives Macron vers une majorité pléthorique

Ce scrutin a été marqué par une débâcle historique du PS, un net revers pour la droite (21,56%) et le FN (13,20%), ainsi qu'une abstention record.

"Macron en marche vers une majorité écrasante" (Le Figaro), "Macron plie le match" (L'Opinion), "L'OPA" (Libération). Les titres des quotidiens nationaux de lundi ne laissent aucun doute sur la couleur de la future "chambre bleu Macron" (L'Humanité). A noter aussi que l'abstention a atteint un niveau record à plus de 50%, du jamais vu depuis le début de la 5e République en 1958.

"Moins d'un électeur sur deux s'est déplacé aux urnes".

Emmanuel Macron devrait donc avoir les mains libres pour gouverner et appliquer son programme.

La grande gagnante de cette élection?

Selon les projections par sièges, REM et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, largement au-dessus de la majorité absolue (289 élus).

De quoi aviver les craintes d'une chambre monolithique, et d'une contestation qui ne vienne surtout de la rue.

Ce score tient de la performance pour un mouvement qui, après seulement un an d'existence, a réussi à dynamiter les partis traditionnels de gauche et de droite qui se partageaient le pouvoir en France depuis 60 ans.

Le Parti socialiste, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'effondrerait autour de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993.

La France insoumise et le PCF ont rassemblé 13,74% des voix. "C'est une crise politique profonde, d'abord il faut attendre le 2e tour (.) il faut continuer à se battre et après il va falloir retravailler profondément à refonder ce qui a été l'identité socialiste", a déclaré le conseiller régional d'Ile-de-France sur France 2. Ainsi, au premier tour, 54,4% des Français ont voté pour un parti soutenant François Mitterrand (36,0% des voix pour le PS et 17,5% pour ses alliés) en 1981.

Des poids lourds balayés par la vague macroniste dès le premier tour: Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon, Patrick Mennucci, Nicolas Bay. Protégés par le camp Macron, Stéphane Le Foll, Marisol Touraine et l'ex-Premier ministre Manuel Valls sont en revanche en ballottage favorable. 39,9% des suffrages se portent sur la majorité présidentielle.

"Je suis pour la présomption de confiance".

Cette bonne nouvelle pour M. Macron représente aussi une chute historique pour ses principaux opposants.

Depuis 1981, tous les présidents ont obtenu une majorité lors des élections législatives suivant leur élection. "Nous pouvons avoir beaucoup plus de députés que ce qui a été annoncé", a cependant assuré son vice-président Florian Philippot.

Mme Le Pen a même abordé la question de la réforme du mode de scrutin. Si le premier tour des législatives signe d'ores et déjà un succès pour le chef de l'État, il lui confère surtout un atout décisif alors que Matignon s'apprête à engager un bras de fer avec les syndicats sur la délicate réforme du Code du travail. Elle affrontera au second tour, une candidate de La République en marche, Anne Roquet. Annick Girardin, qui fera face à un second tour difficile, Marielle de Sarnez et Mounir Mahjoubi, largement en tête dans leurs circonscriptions parisiennes.

Recommande: