Macron en passe d'obtenir une majorité écrasante à l'Assemblée

19 Juin, 2017, 13:45 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Législatives vers une majorité écrasante pour La République en Marche

Le second tour a été marqué par une nouvelle poussée de l'abstention, qui atteindrait selon les instituts 56,6% à 58%, un record sous la Ve République, à un niveau nettement plus élevé qu'au premier tour. Ceux de l'outremer - Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin et Saint-Barthélémy - votent dès ce samedi, avant la métropole dimanche.

Le chef de l'Etat attend de ce scrutin "une confirmation" qui lui permettrait d'appliquer clairement sa politique, notamment les ordonnances controversées sur la réforme du Code du travail, après le succès de La République en Marche au premier tour.

Le suspense n'est guère de mise: selon les sondages, La République en marche, le parti d'Emmanuel Macron, s'apprête à rafler une majorité absolue historique.

Seuls 222 députés sortants étaient qualifiés pour le deuxième tour et 224 autres sortants ne se représentaient pas, plus du double qu'en 2012. Quatre députés ont été élus au premier tour.

Comme de tradition après un scrutin législatif, Edouard Philippe devrait remettre lundi ou mardi la démission de son gouvernement et en former immédiatement un nouveau, qui ne devrait pas comporter de grands changements. Pour lui, le scrutin devrait déboucher sur "le plus grand renouvellement du personnel politique depuis 1958 et peut-être 1945". "En France, le vote n'est pas obligatoire (.), c'est à la fois un droit et un devoir".

La République en Marche présente 454 candidats pour ce second tour, devant Les Républicains (264), le FN (120), La France insoumise (67), le Parti socialiste (65) et le MoDem (62).

La position centrale de la formation d'Emmanuel Macron lui permet d'espérer des reports de voix de candidats de droite comme de gauche éliminés au premier tour.

Seule l'ampleur de la vague macroniste reste incertaine.

Selon un sondage Elabe diffusé jeudi, six Français sur dix (61 %) souhaitent que le second tour "rectifie le premier avec une majorité moins importante qu'attendue".

Au premier tour, le mouvement d'Emmanuel Macron a obtenu 32,3% des voix. Loin derrière, les deux familles politiques, droite et gauche, qui structurent la vie politique française depuis des décennies devraient enregistrer de sérieux revers, avec l'effondrement du Parti socialiste et Les Républicains en grandes difficultés.

Avec 21,56% des voix au premier tour, LR allié à l'UDI ne peut espérer, selon les projections, que de 60 à 132 sièges, contre plus de 200 dans l'Assemblée sortante.

A gauche, l'alliance PS-PRG-DVG a recueilli 9,51% des voix et le PS, qui avait envoyé près de 300 députés au Palais Bourbon en 2012, ne pourra sans doute compter que sur quelques dizaines d'élus. Très loin des 284 sièges socialistes de l'Assemblée sortante, mais là aussi moins catastrophique que redouté pour un parti qui craignait de ne pouvoir constituer un groupe parlementaire (15 personnes minimum).

Objectif qui semble hors de portée pour le FN (13,3% dimanche), qui n'est crédité que de 1 à 5 sièges par les instituts.

Sont en revanche battus les anciens ministres Marisol Touraine, Jean-Jacques Urvoas, Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri et la députée LR Nathalie Kosciusko-Morizet.

Voici les principales personnalités élues ce soir: Manuel Valls (PS), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Claude Goasguen (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Marine Le Pen (FN), Stéphane Le Foll (PS), Louis Alliot (FN), Bruno Le Maire (LREM), Thierry Solère (LR), Richard Ferrand (LREM), Delphine Batho (PS), Gilbert Collard (FN), François Ruffin (LFI), Jean Lassalle, Eric Ciotti (LR), Eric Woerth (LR), Marielle de Sarnez (MoDem), Benjamin Griveaux (LREM).

Recommande: