Il n'y a plus de ministres du MoDem — Gouvernement

25 Juin, 2017, 14:46 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le député LR Daniel Fasquelle le 9 mai 2017 à Paris

Sous la pression des affaires et de la démission en chaîne de quatre figures de proue du gouvernement qui a réveillé les ardeurs d'une opposition renaissante, Emmanuel Macron et Edouard Philippe peaufinaient mercredi le casting d'un remaniement plus large que prévu.

Le parquet de Paris a ouvert début juin une enquête préliminaire afin de faire la lumière sur les soupçons d'emplois fictifs du MoDem au Parlement européen.

Mardi, la ministre des Armées, Sylvie Goulard, elle aussi issue du MoDem, avait annoncé son intention quitter le gouvernement de son plein gré afin de démontrer sa "bonne foi" si elle venait à être entendue dans l'enquête sur les assistants parlementaires du MoDem.

"Le président de la République fait une grave erreur puisqu'il déporte à l'Assemblée nationale la crise qui couvait au sein du gouvernement, puisque Mme de Sarnez serait présidente du groupe Modem et M. Ferrand président du groupe" REM, a estimé M. Fasquelle.

Dans la nouvelle équipe annoncée mercredi soir, il a été remplacé dans ses fonctions de ministre de la Cohésion des territoires par Jacques Mézard, précédemment ministre de l'Agriculture, lui-même été remplacé par un nouvel entrant, un ancien député socialiste, Stéphane Travert. Si la décision de François Bayrou est "un choix personnel" pour reprendre les éléments de langage, dont le Premier ministre Edouard Philippe "prend acte" et qu'il "respecte", elle permet à ce dernier de composer un gouvernement sans membre suspecté dans une quelconque affaire.

Deux proches du président obtiennent des postes. C'est ainsi qu'Emmanuel Macron présentait sa démarche avant de briguer la présidence. Le 13 juin, le Premier ministre Edouard Philippe le recadrait sur franceinfo: "Le truc est assez simple: quand on est ministre on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen".

Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantico, une majorité de 57% de Français ne souhaitait pas que le ministre de la Justice reste au gouvernement.

Le point commun entre les départs de Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez et François Bayrou? Il a également affirmé, lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, ne pas vouloir gêner le gouvernement, en l'exposant à "une campagne mensongère". "Au boulot pour la France!", a immédiatement tweeté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

Cinq nouveaux ministres ont fait leur entrée dans le gouvernement Philippe 2.

Recommande: