Champs-Elysées : Adam D. aurait prévenu avant de passer à l'acte

27 Juin, 2017, 15:28 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Adam Djaziri qui avait prêté allégeance à Daech a trouvé la mort le 19 juin en percutant au volant de sa voiture un fourgon de gendarmes sur les Champs-Élysées à Paris

Le 29 mai dernier, plusieurs rédactions ont reçu un courrier promettant un "bain de sang à la France".

Il a conclu son message en prévenant que le président de la République avait "sept jours pour répondre favorablement à nos demandes en faisant une déclaration officielle".

L'ultimatum était fixé au 5 juin, soit quinze jours avant l'attaque des Champs-Elysées.

Alors que la sous-direction antiterroriste (SDAT) et la DGSI enquêtaient depuis plusieurs semaines sur l'auteur de cette menace, la conclusion de l'enquête se précise puisque de nouveaux éléments sont survenus: la lettre provient bien de l'ordinateur de l'assaillant.

Après inspection du matériel informatique d'Adam Djaziri, terroriste ayant attaqué des gendarmes à l'aide d'une voiture piégée le 19 juin à Paris, les enquêteurs estiment qu'il serait l'auteur d'une lettre de menaces au nom de Daesh.

Trois semaines avant de passer à l'acte, Adam Djaziri aurait prévenu les médias français dans une lettre signée "Abou Mahdi al-Roumi", s'auto-proclamant dans le même temps "porte-parole des soldats du califat en France", rapporte Le Monde.

Or dans l'ordinateur du djihadiste, les enquêteurs ont mis la main sur un "fichier texte", intitulé "Message au peuple français de la part des soldats de l'Etat islamique", qui est identique mot pour mot à la lettre de menace.

Le Monde, qui relate cette information, estime que ce courrier "a très probablement été rédigé par Adam Djaziri, ou en tout cas à partir de son ordinateur".

"Il y a un lien établi entre l'auteur de la lettre et Djaziri", a confirmé la source proche de l'enquête.Fiché S (sûreté de l'État), Adam Djaziri, qui avait prêté allégeance au groupe jihadiste État islamique (EI) dans une lettre testament, a trouvé la mort le 19 juin en percutant au volant de sa voiture un fourgon de gendarmes sur les Champs-Élysées à Paris. Accompagnée d'un photomontage du drapeau deDaech et de l'expression " soldats du Califat" écrite avec des munitions, le montage était complété par la photo d'un fusil d'assaut, qui est celui retrouvé dans le véhicule de l'assaillant selon les forces de l'ordre.

Recommande: