Les abeilles au coeur d'un couac ministériel — Gouvernement

27 Juin, 2017, 17:34 | Auteur: Sebastien Chopin
  • Le gouvernement envisage d'assouplir l'interdiction de pesticides tueurs d'abeilles

Quant au député européen écologiste Yannick Jadot, proche du ministre, le constat est sévère: "Nicolas Hulot me fait penser à Jean-Louis Borloo pendant le Grenelle de l'environnement". Ensuite, c'est le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, qui admettait sur BFM lundi matin que cette démarche était bien en cours, notamment car l'interdiction française "va plus loin que ce qui est prévu par la réglementation européenne" et que les agriculteurs qui les utilisent n'ont pas de produits de "substitution". Date à laquelle remonte le document que s'est procuré RMC, affirmant pourtant exactement le contraire. Un texte qui va, on le comprend vite, directement à l'encontre des engagements du nouveau ministre chargé de la transition écologique. Invitant Stéphane Travert à travailler sur le sujet, il a prévenu: "On gagnera ensemble ou l'on perdra ensemble ".

Renoncer à interdire les néonicotinoïdes serait "non seulement scandaleux pour la santé publique mais casserait aussi les industries qui veulent aller de l'avant" en investissant dans des alternatives à ces pesticides.

"Matignon n'avait pas le choix de retoquer le ministre de l'Agriculture car les pesticides tueurs d'abeilles sont éminemment symboliques de l'effondrement de la biodiversité, et les études scientifiques sont accablantes en matière d'impact sur la santé", souligne de son côté Delphine Batho, qui a elle aussi occupé le ministère de l'Écologie.

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, lui a aussitôt emboité le pas dans un communiqué ou il confirme que "Le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016". "Les interdictions de néonicotinoïdes et de l'épandage aérien ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens", a-t-il maintenu sur son compte Twitter ce lundi matin. C'est l'autre fragilité révélée par cette polémique: Nicolas Hulot ne sera pas un homme de compromis. Un peu comme l'attrait exercé par certains neurotoxiques sur les humains, comme la nicotine (dont sont dérivés, comme leur nom l'indique, les néonicotinoïdes). "Nous avons le droit de mieux protéger", a fait savoir sur le réseau social Corinne Lepage, l'ancienne ministre de l'Environnement. "." Il faut que le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire bloque ces mesures à tout prix. Si la France a parfois une avance sur la législation environnementale européenne c'est une très bonne chose. Elle contribue ainsi à faire évoluer la législation européenne dans ces domaines où elle est précurseur. ", a déclaré François Veillerette, Directeur de Générations Futures".

Recommande: