Lyon : violente agression homophobe le soir de la fête de la Musique

28 Juin, 2017, 18:50 | Auteur: Gerard Affre
  • Kevin Boderau  Radio France

Les coups s'enchaînent, les insultes aussi même si Boris et Alfredo ont tenté de se défendre. Pourquoi? Parce-qu'ils se tenaient par la main.

"C'est la fille uniquement qui nous a insultés [.] on n'a d'abord rien dit, puis on a fini par répondre, et là, les deux gars ont commencé à nous taper". Alfredo est frappé à la tête avec une bouteille tandis que son compagnon essuie des coups si violents à la jambe qu'il finit par s'effondrer à terre, le tibia brisé. "La douleur a été terrible, je me suis effondré, incapable de me relever". "Ça a été très violent", raconte le Stéphanois.

"Heureusement, une brigade de police patrouillait dans le secteur et a mis fin à leur calvaire". "Un de nous deux aurait pu rester sur le carreau", réalise-t-il, une semaine après les faits. "La bagarre n'a duré que quelques minutes mais ça m'a semblé une éternité", ajoute t-il. Mais pendant l'interpellation des agresseurs, la jeune fille aurait continué à proférer des insultes homophobes en lâchant notamment "Tu as mal hein sale PD?!". Boris est transporté en urgence à l'hôpital, il se fera opérer dans la nuit. Il est très fatigué et dit ne pas encore vraiment réaliser ce qu'il s'est passé cette nuit du 21 juin: "Quand on voit comment ça s'est terminé on s'est dit qu'on n'aurait peut-être pas dû répondre et baisser les yeux et puis en fin de compte, je ne regrette pas parce qu'il n'y a aucune raison que ça se passe comme ça".

Selon les médecins qui l'ont accueilli à l'hôpital, d'autres homosexuels ont également été agressés ce soir là.

Si Boris et Alberto ont accepté une entrevue à France Bleu, c'est bel et bien pour dénoncer ces agissements. "J'ai l'impression qu'il y a un discours ambiant très positif par rapport à l'intégration et aux droits des homosexuels". Dans une société que le Stéphanois juge "très ouverte et tolérante". Il appelle à ne pas faire preuve de "trop d'angélisme non plus et se rendre compte que les agressions comme ça continuent à exister". Il souffre d'une double fracture tibia-péroné et 45 jours d'ITT (incapacité temporaire de travail) lui ont été accordés. Il ne sait cependant pas encore s'il sera dédommagé par son assurance.

Recommande: