Solère élu à la questure, la droite juge l'opposition "piétinée" — Assemblée

28 Juin, 2017, 23:50 | Auteur: Sebastien Chopin
  • La grosse manœuvre des Constructifs et de LREM pour chiper la questure de l'Assemblée à Éric Ciotti

Même son de cloche du côté de Christian Jacob qui a estimé pour sa part que les "droits de l'opposition (venaient) d'être bafoués comme jamais dans l'hémicycle". Après la création le 21 juin dernier d'un groupe indépendant appelé les Constructifs (LRCUDI) sous la houlette de Thierry Solère et Jean-Christophe Lagarde, un autre épisode illustrant cette guerre fratricide s'est joué aujourd'hui dans les couloirs du Palais Bourbon. Il a accusé ses anciens collègues LR de "mentir" et "tromper". François de Rugy, nouveau président de l'Assemblée nationale, a dû suspendre la séance et réunir les présidents de groupes afin d'évoquer la situation.

Le bureau, plus haute autorité collégiale de l'Assemblée, est composé de 22 membres: le président, les six vice-présidents, les trois questeurs et les douze secrétaires, comme le rappelle le site de l'Assemblée. "J'appelle notre Assemblée à ce que les droits de l'opposition soient respectés", a exhorté Christian Jacob, patron des 100 députés LR, "plus grand groupe d'opposition". Ces députés ont une fonction sensible: ils sont chargés de tenir les cordons de la bourse et de veiller à la bonne utilisation du budget de l'Assemblée. Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes est le candidat choisi par Les Républicains, le poste de troisième questeur étant traditionnellement promis au groupe d'opposition majoritaire.

Avec lui, ont été élus deux parlementaires issus du groupe LREM.

Sauf que - surprise - au lieu des trois candidatures attendues, quatre ont été présentées. Les "constructifs", qui entendent accompagner les "bonnes" réformes d'Emmanuel Macron, sont 35.

"C'est pas une guerre des droites", a assuré devant la presse Sébastien Huygue, un LR "historique", dont le camp déjà fracturé est menacé d'un éclatement dans le sillage de l'échec de François Fillon à la présidentielle. Selon lui, certains "constructifs" n'ayant "pas réussi à rentrer au gouvernement" essaient un "coup de force à l'Assemblée avec la majorité".

Un autre élu LR a considéré que le choix par son groupe de M. Ciotti montrait que "l'ordre ancien résiste", affirmant qu'il y avait d'autres candidatures. Thierry Solère (Hauts-de-Seine) est visé par une enquête préliminaire du parquet de Nanterre à la suite d'une plainte de Bercy.

Son concurrent Eric Ciotti a pour sa part stigmatisé "ce scandale démocratique et ce hold-up institutionnel qui empêche l'opposition d'exercer son rôle de contre-pouvoir". "La présidence impériale désigne l'opposition officielle", pour Guillaume Larrivé (LR). " Les groupes politiques se mettent d'accord avant la séance et tombent d'accord sur qui fera quoi". Leur candidat Eric Woerth devra affronter au moins trois prétendants, notamment le "constructif" Charles de Courson (UDI). Nous pensons que vu le nombre de groupes qu'il est logique que la questure, qui est un endroit majeur de rencontres, d'échanges entre députés, puisse être ouvert à tous les membres des groupes de l'opposition minoritaire.

Recommande: