Google tente d'éteindre la polémique — Sexisme

07 Août, 2017, 23:34 | Auteur: Christian Jacquard
  • Vive polémique chez Google après la lettre sexiste d'un ingénieur

Dans une note interne de la Silicon Valley, un ingénieur s'est exprimé que les hommes dominaient la Technologie pour des différences " biologiques ", il ajoutait dans sa note: " Les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et (donc) ces différences peuvent expliquer pourquoi on n'a pas une représentation égale des femmes dans la tech et (dans les fonctions de) leadership ".

Google se retrouvait dimanche sur le banc des accusés dans le débat en cours sur le sexisme dans la "tech", milieu dominé par les hommes, après qu'un de ses salariés a expliqué la très faible présence des femmes par des différences "biologiques ".

Les aptitudes naturelles des hommes les conduisent à devenir programmateurs en informatique, alors que les femmes sont, selon l'auteur, plus enclines "aux sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées ", ce qui fait qu'elles optent pour des carrières "dans le social ou l'artistique ".

" Ce sont des balivernes sexistes, maquillées d'un discours trompeur sur la liberté d'expression", a notamment accusé la journaliste du site Recode.net Kara Swisher. Danielle Brown, nouvelle vice-présidente responsable diversité (ethnique et de genre) chez Google, faisant autorité dans son domaine, a jugé "incorrectes les hypothèses avancées sur le genre " et a affirmé que "la diversité et l'inclusion sont une part fondamentale de nos valeurs et de la culture que nous cultivons ".

Voilà quelque chose dont Google se serait bien passé, lui qui lutte pour redorer son image depuis qu'une enquête a démontré que les femmes étaient moins bien payées que les hommes pour faire le même travail.

Le géant de la Silicon Valley a admis un manque cruel de diversité au sein de son entreprise, alors que seulement 1% des employés à des postes technologiques sont noirs.

Fin juin, c'est l'investisseur ("venture capitalist", VC) Justin Caldbeck, qui a quitté son fond d'investissement, Binary Capital, six femmes avaient affirmé avoir reçu des avances alors qu'elles cherchaient à lever des fonds.

Cette loi de 1964 a donné naissance à une Commission sur l'égalité des chances dans l'emploi (EEOC en anglais) que les salariés peuvent saisir à l'encontre de leur employeur même s'il n'est pas lui-même le harceleur.

Pour le moment Google n'a pas fait de commentaire sur la situation et on ne sait pas encore si l'entreprise va prendre des mesures disciplinaires à l'égard de l'auteur du mémo.

Encore une polémique sur le sexisme dans la tech.

Cette note interne dévoile un véritable problème dans le monde du numérique.

Actuellement, chez Google, il n'y a que 31% de femmes sur l'ensemble des salariés. Apple a lui aussi que 37% de femmes dans son effectif.

Recommande: