Maduro renforce son pouvoir en limogeant la procureure générale — Venezuela

07 Août, 2017, 16:13 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Le président vénézuélien Nicolas Maduro et le secrétaire national du PCF Pierre Laurent

Mercredi 2 août 2017, la procureure générale du Venezuela Luisa Ortega avait annoncé avoir ouvert une enquête sur les suspicions de fraude entourant l'élection de la Constituante voulue par le président Nicolas Maduro. "Non seulement ils arrêtent les gens arbitrairement, mais ils les font juger par la justice militaire, et maintenant ils ne laissent pas entrer la procureure générale dans son bureau". Ses comptes ont par ailleurs été bloqués et il lui a été interdit de quitter le pays. Vendredi, la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) avait réclamé au Venezuela des mesures de protection pour Mme Ortega, estimant que sa vie était menacée.

M. Maduro a également salué la décision de l'ANC de destituer et remplacer temporairement la procureure générale, Luisa Ortega Diaz, très critique envers le gouvernement, par l'ancien médiateur Tarek William Saab. C'est "un pas de plus dans la rupture démocratique " a, pour sa part, souligné la présidente du Chili, Michelle Bachelet. Le Mexique a qualifié ce renvoi d'"illégitime".

Les ministres des Affaires étrangères du Brésil, de l'Argentine, de l'Uruguay et du Paraguay ont décidé ce samedi de suspendre politiquement le Venezuela du Mercosur, "pour rupture de l'ordre démocratique", a indiqué le marché commun sud-américain dans un communiqué.

Pour lever cette suspension, le Mercosur a posé comme conditions "la libération des prisonniers politiques, la restauration des compétences de pouvoir législatif, la reprise du calendrier électoral et l'annulation de l'Assemblée constituante". Plusieurs pays dont les Etats-Unis ont refusé de la reconnaître.

La présidente de la Constituante, Delcy Rodriguez, présidera cette commission.

Installée officiellement vendredi, la Constituante a fait savoir samedi qu'elle siégerait pour une durée maximale de deux ans. Celle-ci est censée diriger le pays pour une durée indéterminée et siéger dans les locaux du parlement, où l'opposition est majoritaire. Ce qu'ils entendent continuer à faire, ont-ils annoncé, faisant craindre des tensions au sein du bâtiment. L'élection de l'assemblée constituante, le 30 juillet, a précipité la décision du Mercosur.

"Nous n'allons pas céder", a assuré de son côté la coalition de l'opposition (MUD) sur Twitter.

En décembre 2016, l'organisation avait déjà suspendu le Venezuela, plongé dans une grave crise politique marquée par des manifestations quotidiennes ayant fait plus de 120 morts en quatre mois.

Présidée par Delcy Rodriguez, une fidèle de Nicolas Maduro qui la surnomme "la tigresse", la Constituante a pour mission de réécrire la Constitution de 1999 promulguée par Chavez.

Recommande: