Une mannequin kidnappée puis mise en vente comme esclave sexuelle — Italie

07 Août, 2017, 17:22 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Handout  Polizia di Stato  AFPLukasz Pawel Herba le ravisseur polonais

La mannequin de vingt ans, dont l'identité n'a pas été révélée, se rend en Italie, près de la gare centrale de Milan. Elle a reçu une injection de Kétamine, un analgésique.

Son ravisseur présumé, un polonais nommé Lukasz Pawel Herba et âgé de 30 ans, aurait avec un complice déshabillé, photographié et ligoté la jeune femme. Inconsciente, la jeune femme a ainsi voyagé dans le coffre de la voiture de ses kidnappeurs qui l'ont conduite à Lemie, un village isolé situé dans la région de Turin à environ 150 kilomètres de Milan. "Lorsque je me suis réveillée, je portais juste mon maillot de corps rose en tissu chenille et mes chaussettes et j'ai réalisé que j'étais dans un coffre de voiture, mes chevilles et mes poignets attachés par des menottes, du scotch sur la bouche, et allongée dans un sac où il y avait juste un petit trou dans la fermeture éclair pour que je puisse respirer", a-t-elle encore raconté. La jeune femme a pu être secourue après une semaine de captivité. "Après quelques minutes, un homme est entré dans la pièce à visage découvert et m'a dit en anglais que leur patron avait appelé et qu'il était furieux parce qu'ils n'avaient pas enlevé la bonne personne". Une détention durant laquelle ses kidnappeurs organisaient la vente aux enchères de leur otage sur le dark web pour la céder au plus offrant comme esclave sexuelle. Mais son clavaire n'a pas pris fin pour autant. La police a indiqué n'être pas certaine de l'existence de ce réseau.

L'enlèvement a eu lieu le 11 juillet dernier à Milan. Selon ses dires, ce genre de kidnapping serait interdit par la Mort Noire, une organisation occulte agissant sur Internet auquel il a affirmé appartenir. Les enquêteurs n'ont pas pu déterminer si M. Herba a réellement tenté de vendre sa victime aux enchères sur internet, ou s'il s'agissait d'une menace destinée à extorquer 300 000 euros en Bitcoins à l'agent du mannequin et à sa famille. En arrivant là où devait se tenir le shooting, Chloe s'est retrouvée face à deux hommes qui l'ont immédiatement attaquée, comme le rapporte le communiqué de presse de la police italienne.

Recommande: