Pétrole: l'Opep et d'autres pays promettent de respecter la réduction de production

09 Août, 2017, 23:47 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • La production des pays de l’OPEP a augmenté de 210 000 barils  jour en juillet pour atteindre depuis juin 32,87 millions de barils

Plus près de nous, ajoute un analyste parisien ce matin, “le marché du pétrole sera aussi sensible à la réunion, aujourd'hui, de l'Opep, avec la Russie, à Abu Dhabi.

" La session tenue à Abou Dhabi avant la présidence des Émirats arabes unis de l'OPEP en 2018 a signalé l'engagement fort et ferme des pays (participants) à appliquer les ajustements de production des pays membres de l'OPEP et des pays non membres", souligne le texte.

Une confirmation d'une baisse des réserves signalerait que les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour réduire l'offre de brut sur le marché mondial ne sont pas vains.

Selon des informations de presse, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, a aussi indiqué vouloir réduire ses exportations de pétrole d'au moins 520.000 barils par jour en septembre.

Riyad avait déjà promis fin juillet de limiter ses exportations en août à 6,6 millions de barils par jour (mbj), contre plus de 7,2 mbj certains mois de 2016.

Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse trois fois plus importante que prévu la semaine dernière aux États-Unis, selon des chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Energie (DoE).

"Les discussions ont été menées dans une atmosphère constructive qui a porté ses fruits", a dit l'Opep dans un communiqué. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de septembre gagnait 33 cents à 49,72 dollars.

Visés, les Émirats arabes unis, l'Irak, le Kazakhstan et la Malaisie ont exprimé leur volonté de coopérer dans les mois qui viennent avec les instances de surveillance pour atteindre l'objectif d'un "respect total" de l'accord, selon un communiqué de l'OPEP diffusé à l'issue de la rencontre. Vers 17h, heure algérienne, le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 51,72 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 70 cents par rapport à la clôture de vendredi. "Les rumeurs et déclarations qui sont ressorties de l'Opep, relayées par les grandes agences financières, n'ont pas convaincu les investisseurs, car les plans du cartel pour augmenter le niveau de respect des objectifs se heurte à une hausse de la production de nombreux pays", a expliqué Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Recommande: