Togo/ Le 16 ème Forum de l'AGOA est entré dans l'histoire

11 Août, 2017, 18:21 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • L’AGOA n’est pas exploité de façon optimale

Les délégués des 38 pays africains éligibles à la loi Agoa ont fait le déplacement de Lomé avec la crainte que la nouvelle administration américaine ne décide la fin de la loi sur la croissance et les opportunités de développement économique en Afrique, avant l'échéance de 2025.

Pour défendre cette candidature, le ministre Souleymane Diarrassouba s'est fait accompagner par une forte délégation composée de représentants de la Primature, de l'APEXI, du Ministère des Affaires étrangères, du CNE, de la CGECI, de la DGCE, de l'Ambassade de Côte d'Ivoire aux Etats-Unis, et d'opérateurs économiques ivoiriens.

Cette rencontre est également une occasion pour les hauts fonctionnaires des Etats-Unis et d'Afrique subsaharienne de discuter des moyens pour renforcer la coopération économique et le commerce entre les Etats-Unis et l'Afrique.

Votée et promulguée le 18 mai 2000 par le Congrès des Etats-Unis d'Amérique, l'African Growth and opportunity act (AGOA) est un vaste marché qui offre un "accès préférentiel" au marché américain à des produits d'exportation provenant des pays d'Afrique, sans droits de douanes.

Concernant particulièrement le secteur privé qui était à l'honneur la veille du lancement officiel des travaux du forum, les débats restitués ce 9 août s'accordent sur l'idée d'un renforcement de l'intégration économique pour mieux tirer profit des accords de l'AGOA. "C'est à 8 ans de l'échéance que certains pays comme le Togo viennent d'élaborer leur stratégie pour augmenter les exportations sous Agoa", a fait remarquer Bernadette Legzim-Balouki, ministre togolaise du commerce.

Selon la ministre, le plan d'action opérationnel a pour ambitions de faire du Togo un pays compétitif sur le marché américain en matière de commerce, contribuant ainsi de façon significative à la croissance durable de l'économie nationale.

Prévu pour trois jours, le Forum AGOA 2017 est placé sous le thème "Les Etats-Unis et l'Afrique: partenariat pour la prospérité à travers le commerce ". En 2010, un espoir ce profile dans les échanges entre les pays africains de l'AGOA et les Etats-Unis, avec une reprise qui atteint 62 milliards de dollars, puis 71 milliards en 2011, avant que le volume ne chute d'un coup.

Recommande: