Une carte reçue 43 ans après l'envoi — Lorient

11 Août, 2017, 23:51 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Une boîte aux lettres

Quarante-trois ans après avoir été postée à Nice, la missive est enfin arrivée à sa destination: Lorient, rapporte Ouest France, jeudi 10 août.

Une photo de la promenade des Anglais et un récit de vacances écrit à l'encre bleue. Elle a été envoyée depuis la ville de la Côte-d'Azur en mai 1974, pour entreprendre somme toute un assez court voyage jusqu'en Bretagne, Lorient précisément.

" Je n'ai pas fait attention, je l'ai amenée avec moi". Et en y regardant de plus près, elle constate que le courrier date du... Elle est arrivée un peu tard, la belle carte postale, comme le raconte "Ouest-France".

" Est-ce que quelqu'un l'a trouvée et remise en circulation en la déposant dans une boîte à lettres, s'interroge la factrice. Est-elle restée nichée dans un coin ou coincée derrière un casier dans une poste à Nice, puis est-elle réapparue à la suite d'un nettoyage? On ne sait pas", se demande la factrice.

Et le destinataire? Qu'est-il devenu? Malheureusement il n'habite pas/plus à l'adresse indiquée: "J'ai cherché un peu. Mais ça ne lui disait rien" affirme la factrice. Mais que ce soit au bar d'en face ou à l'état civil, aucune trace d'un dénommé Raymond Côtard n'a été retrouvée. Un Morbihannais, contacté, explique bien avoir un grand-père qui s'appelait Raymond Cotard... mais il n'aurait jamais vécu à Lorient.

Le contenu de la carte postale est simple. "Je vais poursuivre mes recherches. Si je ne trouve rien, je la garderai en souvenir". "C'est la première fois dans ma vie de factrice que je tombe sur un truc comme ça", assure la postière.

"C'est étonnant... Mais à la Poste, on voit des choses encore plus rigolotes." confie-t-elle.

Au moment où cette carte postale a été postée à Nice, le 21 mai 1974, Valéry Giscard d'Estaing venait d'être élu Président, mais Alain Poher résidait encore à l'Elysée pour quelques jours, tandis que Pierre Messmer n'avait pas encore tendu les clés de l'Hôtel Matignon à Jacques Chirac.

Recommande: