3 questions pour comprendre le scandale — Oeufs contaminés

12 Août, 2017, 20:49 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Des oeufs vendus dans un supermarché à Lille dans le nord de la France le 11 août 2017

L'UE veut convoquer les 15 pays frappés par la crise des oeufs contaminés à l'insecticide en Europe, a proposé vendredi son commissaire européen de la Santé. L'expression risque-t-elle de prendre tout son sens alors qu'une affaire d'oeufs contaminés secoue actuellement la France et de nombreux pays européens?

"Nous souhaitons faire en sorte que nous puissions établir de meilleurs rapports de contrôle et de transparence avec nos partenaires, puisque les lots incriminés viennent à la fois des Pays-Bas et de la Belgique", a d'abord déclaré le ministre, critiquant le +gap (écart) de temps+ qui a séparé le moment où les produits incriminés ont été introduits sur le territoire français et le moment où la France a été informée, qui ne "permettait pas de pouvoir réagir dès les premiers instants". En attendant les résultats, 180 sites de production d'œufs ont interrompu leurs activités aux Pays-Bas. On y apprend que les services belges et néerlandais ont formé une équipe d'investigation conjointe et qu'une opération simultanée a eu lieu hier jeudi dans les deux pays: plusieurs perquisitions (dont onze en Belgique) ont été menées dans des entreprises de désinfection d'élevages avicoles et des échantillons ont été prélevés sur des machines.

La Suède, le Royaume-Uni, l'Autriche, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, le Danemark et la Suisse ont pour leur part reçu des lots issus des fermes concernées. L'agence néerlandaise de sécurité alimentaire (NVWA) a réfuté l'accusation.

La Belgique a dû attendre un mois avant d'obtenir des réponses à des questions posées à l'Agence de sécurité alimentaire néerlandaise au sujet de la contamination d'oeufs au fipronil, a déploré M. Ducarme en Commission à la Chambre.

Une traçabilité aval systématique sera demandée aux entreprises sur l'ensemble des œufs provenant des élevages contaminés recensés en Belgique et aux Pays-Bas, soit 86 élevages d'après les listes fournies par les autorités de ces deux pays.

Une enquête a été ouverte depuis que des millions d'oeufs ont été retirés des rayons dans ces pays la semaine dernière.

Les oeufs contaminés présentent a priori des risques limités pour la santé du consommateur.

" Nous ne faisons pas face à un scandale sanitaire, mais à une fraude", a assuré Stéphane Travert, en soulignant que " des entreprises ont été trompées par leurs fournisseurs ". Des "symptômes d'un système qui essaie partout de réduire les coûts pour maximiser les profits au détriment de la santé publique et de l'environnement", s'est insurgé Davin Hutchins dans un communiqué.

Le fipronil est un insecticide utilisé principalement pour lutter contre les poux, les tiques et les puces chez les animaux de compagnie. Parmi ces 50 entreprises bloquées figurent 21 exploitations de poules pondeuses et 29 autres exploitations, d'élevages ou de reproduction.

Il n'a pas d'effet cancérogène prouvé, mais peut, à haute dose, provoquer des troubles neurologiques et des vomissements, notamment en cas d'ingestion volontaire (tentative de suicide). Les initiales "NL" et "BE" sont utilisés pour les Pays-Bas et la Belgique, qui sont à éviter en cette période.

Le fipronil est considéré comme "modérément toxique" pour l'homme par l'OMS, mais ingéré en grandes quantités il est peut être dangereux pour les reins, le foie et la thyroïde.

Recommande: