Merkel contre "l'escalade verbale" — Corée du Nord

12 Août, 2017, 03:33 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Pékin dénonce

Le président américain a assuré sur Twitter que les options militaires sont "en place" et "prêtes à l'emploi", participant encore davantage à l'escalade verbale de ces derniers jours entre les deux pays. Pékin a enjoint aux Etats-Unis et à la Corée du Nord de "faire preuve de prudence" et a exhorté Pyongyang à éviter les "démonstrations de force".

La Corée du Nord a présenté un projet pour tirer quatre missiles au-dessus du Japon vers le territoire américain de Guam, avant-poste stratégique des forces américaines dans le Pacifique.

Sous l'impulsion de Washington, le Conseil de sécurité de l'ONU a imposé à la Corée du Nord des sanctions qui pourraient lui coûter un milliard de dollars de revenus annuels tout en restreignant des échanges économiques cruciaux avec la Chine, son principal allié et partenaire économique.

Quatre missiles seront tirés simultanément, a expliqué l'armée. En revanche, s'ils réagissent, quelle sera la réponse de Pyongyang? Pékin prône une résolution "négociée" du dossier nord-coréen, renvoyant dos à dos Washington et Pyongyang.

Les engins "voleront 17 minutes et 45 secondes sur une distance de 3.356,7 km, et s'écraseront en mer à 30 ou 40 km de Guam".

"Les actions de la Corée du Nord sont une provocation manifeste", a-t-il insisté, et "nous ne pourrons jamais tolérer cela".

"La Corée du Nord devrait ne plus proférer la moindre menace contre les États-Unis", a également assuré le Président. Ils s'abîmeraient ainsi à l'extérieur des eaux territoriales américaines.

Pékin est irrité à la fois par l'attitude de la Corée du Nord, qui poursuit ses essais nucléaires et balistiques, et par les initiatives des Etats-Unis et de la Corée du Sud, notamment leurs manoeuvres militaires perçues comme un facteur de tensions.

Le même jour, l'agence KCNA a annoncé, citant un communiqué des Forces stratégiques nord-coréennes, que Pyongyang étudiait la possibilité de frapper les bases américaines de Guam, à 4.000 km de Pyongyang, par des missiles stratégiques Hwasong-12.

Cette montée des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord pèse sur les marchés financiers et inquiète de nombreux dirigeants mondiaux. "Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit", a mis en garde vendredi la chancelière allemande Angela Merkel.

Recommande: