Des ONG obligées de suspendre les sauvetages en mer — Migrants

13 Août, 2017, 23:33 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Un membre de l'Aquarius regarde avec des jumelles la mer méditerranée le 11 août 2017 au large de la côté libyenne

A bord de l'Aquarius - navire de 68 mètres affrété par la section d'Amsterdam de Médecins sans frontières et SOS Méditerranée - l'équipage scrutait en vain dimanche l'horizon avec des jumelles, selon un journaliste AFP à bord. Pas l'ombre d'une embarcation de migrants depuis une semaine et aucun autre bateau humanitaire sur zone dimanche.

S'il n'entend pas jeter l'éponge, l'équipage de l'Aquarius a décidé de rester sagement à 24 milles maritimes, à la limite de la zone où Tripoli a le droit de faire respecter ses lois nationales en matière de migration. Son accès est interdit aux navires étrangers afin d'en éloigner les ONG, que Tripoli accuse de collusion avec les réseaux de passeurs.

Zone interdite, sauf autorisation, aux navires étrangers, en particulier aux ONG patrouillant pour secourir les migrants.

Mais dimanche, l'ONG allemande Sea Eye a annoncé à son tour une suspension de ses opérations, une décision prise "le coeur lourd" en raison d'une "menace explicite aux ONG privées".

"Nous laissons un vide mortel en Méditerranée", a regretté le fondateur de Sea Eye, Michael Buschheuer, en calculant que son organisation avait participé au sauvetage d'environ 12.000 personnes en Méditerranée depuis avril 2016.

Le Prudence est le plus gros des bateaux de secours d'ONG actifs au large des côtes libyennes: il avait recueilli notamment un record de 1.500 personnes fin mai.

Pour Angelino Alfano, la moindre présence des ONG, accusées par leurs détracteurs d'être devenues des "taxis" de migrants, est plutôt positive. Rome, soutenue par l'UE, vient de négocier avec les ONG un code de conduite exigeant transparence et coopération avec les autorités, signé désormais par la quasi-totalité des organisations. "Pour l'instant, nous poursuivons notre activité de patrouille dans les eaux internationales", avait expliqué vendredi Nicola Stalla, coordinateur des opérations de recherche et sauvetage à bord de l'Aquarius.

Parallèlement, une enquête du parquet de Trapani (ouest de la Sicile) a mené à la saisie du bateau de l'ONG allemande Jugend Rettet, sur des soupçons de liens directs avec des trafiquants au large de la Libye avec des photos à l'appui. Elle porte aussi sur des opérations de secours menées par Médecins sans frontières et Save the children.

Recommande: