Une dizaine de pays touchés — Oeufs contaminés

14 Août, 2017, 02:24 | Auteur: Nathanaël Gerin

Puis dans un communiqué publié mercredi, il affirmait que "cinq établissements" avaient reçu des œufs contaminés. Il promet une "hausse de l'intérêt pour les œufs alternatifs " de la part de la grande distribution, soit les œufs label Rouge, plein air ou bio.

"Ils sont soupçonnés de " mise en danger de la santé publique " et encourent jusqu'à quinze ans de prison " s'il apparaît qu'il y a eu préméditation ", a expliqué Frans de Nerré, un représentant du ministère public néerlandais, à la télévision NOS. L'institution bruxelloise a par ailleurs convoqué les Etats membres de l'Union européenne concernés, en leur demandant d'arrêter de se rejeter mutuellement la faute.

En juillet, l'enquête judiciaire a d'abord visé l'entreprise belge Poultry-Vision qui a fourni le désinfectant à base de plantes, le Dega-16, à Chickfriend.

Dans plusieurs pays, les épiciers ont vidé leurs rayons de plusieurs millions d'œufs. Le vendredi 11 août, la ministre de la santé néerlandaise, Edith Schippers, a reconnu que les accusations de son voisin belge étaient fondées.

Un second lot d'œufs en coquille, soit 48.000 unités, a également été commercialisé dans l'Hexagone. Des œufs contaminés ont été vendus sur le marché luxembourgeois, dans les supermarchés Aldi. Au total ce sont 15 pays qui sont concernés.

Jeudi 10 août, la Roumanie, a découvert une tonne de jaunes d'œufs liquides contaminés, dans un entrepôt à l'ouest du pays. La société danoise Danaeg Products avait reçu ces œufs durs écalés d'un fournisseur belge. Au Royaume-Uni, ce serait près de 700 000 œufs contaminés qui auraient été importés, a déclaré l'Autorité britannique de sécurité alimentaire.

Et le scandale ne s'arrête pas aux portes de l'Europe.

"Nous devons travailler ensemble pour tirer les leçons nécessaires et avancer plutôt que perdre de l'énergie à désigner des coupables", a asséné vendredi le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis, auprès de l'AFP.

► Que font les autorités nationales?

"Des entreprises ont été trompées par leurs fournisseurs", a-t-il déclaré.

En Belgique, outre les œufs, les volailles et le fumier sont "bloqués " dans les exploitations encore sous surveillance.

Dans cette affaire, la Belgique prétend que les Pays-Bas avaient été mis au courant de la présence de fipronil dans ses élevages en novembre 2016. La Belgique et les Pays-Bas, où la contamination s'est produite, sont mobilisés pour en trouver les responsables.

Les policiers n'ont pas voulu donner de noms, mais selon les médias européens, il s'agirait de la compagnie néerlandaise ChickFriend. L'homme se présente comme un ancien associé du dirigeant de Poultry-Vision. Plus de 6 000 litres de produits interdits avaient été saisis.

Les Pays-Bas savaient-ils? Ce dernier a convoqué une réunion des ministres et des représentants des agences de sécurité alimentaires dans tous les pays de l'UE impliqués, "dès que l'ensemble des faits sera à notre disposition", a priori le 26 septembre.

Recommande: