11 vaccins seront obligatoires pour les enfants à partir du 1er janvier

31 Août, 2017, 14:03 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Nouveaux vaccins obligatoires pour les enfants entrée en vigueur le 1er janvier

11 vaccins obligatoires pour les enfants le 1er janvier. "Mais, a-t-elle insisté, l'idée c'est que les 15% des enfants (non vaccinés) qui mettent en danger les autres et qui favorisent la réémergence d'épidémies pour lesquelles il y a des morts aujourd'hui se mettent en ordre de marche pour protéger le reste de la population". "Nous n'allons pas le faire d'un coup car je veux que les Français aient le temps de se préparer à arrêter" de fumer, a précisé Agnès Buzyn.

Aujourd'hui, trois vaccins sont obligatoires: contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Ils sont regroupés en un seul vaccin, le DT-polio, injecté à trois reprises aux nourrissons. La ministre souhaite que huit autres vaccins, seulement recommandés, la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C fassent partie des injections imposées.

Une mesure qui est loin de faire l'unanimité. Après l'instauration du paquet neutre qui n'a finalement pas fait baisser les ventes de tabac, l'ex-ministre de la Santé Marisol Touraine avait garanti un prix stable du tabac pour l'année 2017. "Il n'est pas supportable qu'un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu'il n'est pas vacciné", a-t-elle indiqué. "Mon objectif n'est pas de sanctionner. l'objectif de cette obligation c'est de rendre la confiance aux Français", a-t-elle dit jeudi. "Il faut vraiment faire oeuvre de pédagogie". Elle a également annoncé les peines encourues par les parents récalcitrants. Mais la ministre avait précisé cet été envisager dans le projet de loi sur la vaccination infantile envisager une clause d'exemption pour les parents farouchement opposés à la vaccination.

Recommande: