Dotations aux collectivités : aucune baisse en 2018 selon Christophe Castaner

06 Septembre, 2017, 20:00 | Auteur: Djeferson Maurice
  • Le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement a rappelé que le gouvernement avait fixé à 13 milliards d'euros le montant des économies de fonctionnement qu'il attendait des collectivités locales

Emmanuel Macron a confirmé mardi qu'il n'y aurait pas de 'baisse brutale des dotations' aux collectivités territoriales en 2018, lors d'un discours devant les préfets. "Les crédits d'aménagement du territoire, de politique de la ville et l'ensemble des dotations aux collectivités seront maintenus". C'est un engagement pris, il sera respecté', a-t-il poursuivi. (.) Cet engagement oblige, puisque j'ai demandé aux collectivités territoriales de faire des économies de fonctionnement.

"Plutôt que d'abaisser brutalement la dotation globale de fonctionnement, comme cela a été fait chaque année depuis 2010, nous allons travailler sur un contrat avec les collectivités", a expliqué Christophe Castaner, avant de rappeler que l'objectif était bien de réaliser "13 milliards d'euros" d'économies en dépenses de fonctionnement en 2019. 'J'ai demandé aux collectivités de faire des efforts, j'ai donné des objectifs, il faut qu'ils soient tenus', a-t-il affirmé.

Le chef de l'Etat a précisé devant les préfets qu'ils auront "un rôle nouveau" dans l'application "du pacte financier entre l'Etat et les territoires". La clause reposait sur une baisse de leurs dépenses de fonctionnement. Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner l'a assuré ce mardi sur France Inter.

Ainsi, pour 2018, année pour laquelle l'effort global (Etat+Sécurité sociale+collectivités) sera de 20 milliards, cette contribution serait "d'un petit peu moins".

Restera donc toutefois à connaître le chiffrage que le gouvernement aura retenu pour déterminer cette évolution tendancielle, alors que les dépenses de fonctionnement des collectivités avaient diminué de 0,2% en 2016, à 168,5 milliards d'euros.

Le gouvernement a mécontenté les élus locaux en annulant en juillet 300 millions d'euros de crédits destinés aux collectivités, qui s'inquiètent par ailleurs de la suppression annoncée d'une bonne part de la taxe d'habitation, une de leurs principales ressources.

Recommande: