Nokia. 597 suppressions d'emplois d'ici 2019 : une filiale à Lannion concernée

07 Septembre, 2017, 08:18 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Paul Hanna  Reuters                       Nokia va supprimer près de 600 emplois en France d'ici 2019

Les deux autres filiales du groupe en France, Alcatel-Lucent Submarine Networks (câbles sous-marins) et RFS (radiofréquences), qui comptent 1.000 salariés supplémentaires, ne sont pas impactées. Les suppressions de postes affecteront les fonctions centrales et support de ces filiales basées au campus de Paris-Saclay (Essonne) et à Lannion (Côtes-d'Armor).

A Bercy, un porte-parole a dit que le ministère des Finances réunirait "dans les prochaines semaines" un comité de suivi avec la direction et des représentants des syndicats. "Mais depuis l'acquisition, c'est " plus de 1000 disparitions d'emplois réalisées ou en cours de réalisation " qui sont à déplorer en France, écrit dans un communiqué l'intersyndicale CFDT-CFE-CGC-CGT-CFTC".

"Les engagements doivent être réaffirmés dans l'esprit de conserver et développer à long terme les deux derniers sites France (Paris-Saclay et Lannion)".

Le groupe en difficulté chronique a choisi de repositionner la France en pôle d'excellence en matière de recherche-développement sur trois technologies clé: la 5G, la cybersécurité et l'internet des objets.

Les 597 suppressions d'emplois concernent les filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN), qui cumulent 4.200 salariés.

La demande pour la génération actuelle d'équipements mobiles 4G a atteint son pic et les équipementiers attendent désormais que les opérateurs télécoms passent à la 5G.

Recommande: