Une agence russe a acheté des publicités politiques sur Facebook — Elections US

07 Septembre, 2017, 13:48 | Auteur: Phil Beauvilliers
  • Sur Facebook, des centaines de faux comptes ont cherché à influencer l'élection américaine

Facebook annonce avoir découvert qu'environ 100 000 dollars de publicités ont été achetées via sa plateforme Facebook Ads par 470 comptes "non authentiques" entre les mois de juin 2015 et mai 2017.

Propagande et fake news: Facebook et Twitter sont utilisés pour manipulerDans les jours suivant l'élection de Donald Trump en novembre 2016, Mark Zuckerberg, le PDG du réseau social, avait déclaré que dire que des actus bidon sur Facebook aient affecté l'élection, c'est "une idée sacrément dingue". En 2015, ces comptes ont partagé notamment de fausses informations sur Boris Nemtsov, l'opposant de Vladimir Poutine, juste après sa mort, ainsi qu'un hoax sur une fuite chimique en Louisiane afin de créer la panique dans l'État.

Ces comptes auraient été créés par une "ferme à trolls" situé à Saint-Pétersbourg, révèle le journal Le Monde.

Cette fois-ci, l'organisme russe a dépensé 100 000 dollars pour 3 000 publicités ciblées à caractère politique.

Il s'agissait de mesurer s'il y avait un lien entre les efforts russes d'interférence dans l'élection américaine et les publicités achetées sur Facebook. "La grande majorité des publicités (...) ne faisaient pas spécifiquement référence à la campagne présidentielle américaine, au vote ou à un candidat particulier", nuance-t-il, mais leur but était bien "d'amplifier sur les réseaux sociaux des messages sociétaux et politiques susceptibles de diviser, sur des sujets comme les droits LGBT, les questions raciales, l'immigration, ou les armes".

Piratage russe de l'élection américaine? Facebook n'a pas précisé si elles favorisaient l'un ou l'autre candidat, mais comme le rappelle Mashable, les liens étroits entre l'actuel président américain et la Russie auraient tendance à faire pencher pour des publications pro-Trump. Entre temps, ces comptes Facebook ont été désactivés car ils ne respectaient pas les règles d'utilisation du réseau.

"Facebook est courageux", commente Clint Watts, un ancien enquêteur du FBI qui étudie l'influence russe aux États-Unis. "Nous savons que nous devons rester vigilants pour arrêter ceux qui essaient de manipuler notre plateforme", rappelle Alex Stamos dans le communiqué.

Recommande: