143 millions de données volées, ses cadres vendent leurs actions — Scandale Equifax

09 Septembre, 2017, 02:43 | Auteur: Nathanaël Gerin
  • Les Etats Unis victimes de la pire fuite de données personnelles jamais enregistrée

Equifax et ses homologues, Experian et TransUnion, utilisent les données personnelles et fiscales des individus ainsi que leurs données comportementales recueillies via leurs connexions sur internet. Noms, numéros de sécurité sociale, dates de naissance, numéros de permis de conduire: autant de données personnelles et sensibles, parce qu'elles facilitent l'usurpation d'identité, ont été compromises dans l'attaque. En dehors des États-Unis, des consommateurs canadiens et britanniques sont également concernés par le piratage. Elle a détecté le problème le 29 juillet et a "immédiatement agi" en demandant une enquête à une société de sécurité informatique pour évaluer les dommages.

"C'est évidemment un événement décevant pour notre entreprise, qui touche le coeur de notre identité et de notre activité", a regretté le PDG d'Equifax Richard Smith, cité dans le communiqué. En outre, les numéros de 209 000 cartes de crédit ont aussi été piratés ainsi que des informations sensibles relatifs aux crédits de 182 000 personnes. "Je m'excuse auprès des consommateurs et de nos clients commerciaux pour la frustration et l'inquiétude que cette situation peut causer".

Equifax a mis sur pied un site web destiné aux consommateurs américains pour vérifier s'ils ont été touchés par cette attaque. En attendant que l'enquête se termine, la société de crédit a lancé le site equifaxsecurity2017.com pour permettre à ses clients de savoir si leurs données ont été récupérées ou non.

Au-delà de la cupidité de certains salariés, la société a mis en place un site internet que les particuliers peuvent visiter pour en apprendre plus sur l'attaque, identifier de quelle manière ils sont affectés, et par la suite souscrire gratuitement à une solution de protection d'identité. Selon lui, la brèche est "gigantesque".

De plus, Bloomberg a révélé que trois cadres de la société ont revendu pour 1,5 million d'euros d'actions avant l'annonce du piratage, qui a provoqué une chute de la valeur du titre d'Equifax de 13%. Les ventes ont été complétées les 1er et 2 août par le chef des opérations financières, John Gamble, et deux autres dirigeants.

L'entreprise basée à Atlanta (Géorgie) analyse les données de plus de 820 millions de consommateurs et plus de 91 millions d'entreprises dans le monde.

Ce piratage de grande ampleur est loin d'être le premier.

Recommande: